Discussion:Auto-évaluation

De Wiki-TEDia
Aller à : navigation, rechercher


Voici les conseils pour améliorer cette fiche.Ces conseils sont là pour vous guider, mais ne décrivent pas de façon exhaustive toutes les améliorations possibles. Vous pouvez en faire autant que vous souhaitez. Le texte de la fiche peut être entièrement modifié, du moment que ces modifications constituent des améliorations. Vous pouvez indiquer les raisons qui vous conduisent à faire ces modifications dans cette page discussion, en utilisant les sections appropriées.--Bpudelko 29 avril 2014 à 11:03 (EDT)

Suite au travail de l'étudiante Et434391, je propose de modifier le statut de la fiche pour Avancée. Merci et bravo pour la façon dont vous avez pris en compte les différents commentaires permettant ainsi d'améliorer la qualité de la fiche !--Béatrice Pudelko (discussion) 13 janvier 2016 à 17:54 (EST)


Appellation en anglais

Il aurait été utile de traduire la citation pour mieux faire ressortir la distinction proposée en anglais. Ce qui permettrait de mieux préciser dans la section description que l’auto-évaluation peut être formative (self-assesment) et sommative (self-evaluation).

Si vous traduisez une citation (pas une mauvaise idée), il faut l'indiquer: Traduction de l'auteure. Vous pouvez l'indiquer à la fin du renvoi. --
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

J'ai ajouté traduction des auteurs à la suite de chacune des citations. --Et434391 (discussion) 3 janvier 2016 à 18:44 (EST)

Stratégies apparentées

La relation avec l’évaluation formative et l’évaluation sommative pourrait être décrite ici.


L'autorégulation ou le terme auto-évaluation utilisé par (Pintrich, 1995 ;Weinstern et Van Mater Stone , 1993 ; Zimmerman et Paulen, 1995 ) permet une meilleur adaptabilité aux situations d'apprentissage. Plus précisément, cette stratégie exige une évolution par l'utilisation la plus judicieuse et la plus économique des ressources personnelles et environnementales. De nombreuses actions comme s'auto-observer, le contrôle de soi, le jugement, l'ajustement et la prise d'information sont directement liés à cette stratégie métacognitive. Et393985 Jean-Francois Touzin
Une fiche «Evaluation sommative» a été créée. L’évaluation sommative est souvent mentionnée dans les fiches, mais aucune fiche n'avait été créé, c'est maintenant chose faite. --
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

Type de stratégies

Pourrait être mieux justifié. --
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

Ce type de stratégie peut aussi être adaptée à différents contextes, ce qui fait d'elle une microstratégie. --Et434391 (discussion) 10 janvier 2016 à 13:51 (EST)

Types de connaissances

Intéressant. --
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

Description

Très intéressant, le fait de ressortir le caractère métacognitif de l'auto-évaluation. Cette stratégie amène effectivement l'apprenant à prendre conscience de ses capacités.


La description proposée semble concerner principalement l’auto-évaluation formative. Est-ce que la démarche est la même pour l’auto-évaluation sommative ?

Il serait intéressant de préciser les risques de « surévaluation » et décider s'il faut déplacer ces informations dans "conditions favorisant l'apprentissage".

La description précise principalement comment l'enseignant utilise l'auto-évaluation.

Il n’est pas clair comment l’apprenant utilise l’auto-évaluation (comment fait-il ? en quoi consiste son activité  ?). Par exemple, dans la citation de St-Pierre, il serait intéressant d’identifier et de décrire ce que fait l’enseignant et ce que fait l’apprenant. Ainsi, la proposition selon laquelle l’auto-évaluation est « centrée sur l’enseignant » semble paradoxale. Il faudrait clarifier ce point, par exemple, en précisant que l’auto-évaluation doit être « explicitée » ou « modelée » par l’enseignant (comme la plupart de stratégies métacognitives d’ailleurs).

Les deux longues citations sont-elles des « copier-coller » directs des textes (Ministère de l’éducation de l’Ontario et St-Pierre ? Dans ce cas, il faut les mettre entre guillemets et utiliser l’indentation du wiki. Mieux encore : les transformer, en départageant les aspects qui relèvent de l'apprenant et de l'enseignant. Ou encore, en comparant les informations fournies par ces deux sources : les propositions se recoupent-elles ? diffèrent-elles ?"Bpudelko 3 avril 2014 à 10:19 (EDT)"

J'ai tenté de faire la différence entre l'auto-évaluation du point de vue de l'apprenant et l'auto-évaluation du point de vue de l'enseignant en faisant ressortir les avantages de cette stratégie pour ces deux acteurs. J'ai aussi tenté d'expliquer ce qu'est l'auto-évaluation sommative et j'ai présenté quelques raisons qui expliquent que les résultats peuvent différer d'un étudiant à l'autre. --Et434391 (discussion) 6 janvier 2016 à 13:22 (EST)
J'ai pris soin de distinguer l'auto-évaluation formative de l'auto-évaluation sommative dans la section Description. J'ai indiqué le but de chaque type d'auto-évaluation et j'ai mis l'emphase sur les raisons possibles des écarts entre le résultat final de l'élève au sujet de son propre jugement et celui attribué par l'enseignant. --Et434391 (discussion) 3 janvier 2016 à 19:19 (EST)

Vous expliquez bien, même très bien, la problématique et les origines de conception de cette stratégie. Il manquerait à la description, les points suivants:

  • les principales étapes de mise en place
  • les conditions de la mise en œuvre
  • les médias qui peuvent être utilisés pour supporter la stratégie

--
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

J'ai tenté de résumer quelques conditions, qui selon moi sont nécessaires lors de la mise en œuvre de la stratégie d'auto-évaluation et j'ai ajouté un exemple d'un projet de formation dans lequel des médias ont été utilisés pour favoriser le processus d'auto-évaluation des apprenants. --Et434391 (discussion) 6 janvier 2016 à 13:22 (EST)

Conditions favorisant l'apprentissage

Le premier conseil que je peux formuler concerne la catégorisation de cette fiche. Selon l'analyse et la description que vous avez faite, catégorisez-la maintenant en cochant les cases appropriées tout en bas de la page de la fiche (le widget de catégorisation apparaît tout en bas de la page si vous cliquer sur "modifier" tout en haut de la page, qui met en mode édition la page au complet).

Cette opération cognitive vous permettra de mieux discriminer les caractéristiques distinctives de la stratégie décrite et peut-être vous amènera à améliorer la description. La signification des catégories est soit décrite dans la section "approche cognitive" du wiki (par ex. types de regroupement), soit dans les lectures sur l'approche cognitive dans le cours (conditions d'apprentissage, notamment). En effet, je remarque que dans "conditions d'apprentissage" vous ne précisez pas ces conditions :la stratégie vise principalement à motiver les apprenants? à réguler les apprentissages ? à pratiquer ?) et si oui, pourquoi et comment. La description des conditions d'apprentissage vous permettra de faire les liens avec les connaissances sur l'approche cognitive. Par exemple, vous dites

"La démarche d’auto-évaluation vise différents objectifs et constitue des avantages pédagogiques tant pour l’élève que pour l’enseignant."

Il faudrait mieux préciser pourquoi (selon l'approche cognitive) cette démarche présente les avantages pour l'apprenant. donc l'aide à mieux apprendre ?

Par ailleurs, vous faites bien de distinguer les avantages pour l'apprenant et pour l'enseignant, mais il faudrait mieux les approfondir. Par exemple, vous dites que l'avantage pour l'enseignant est que

Les élèves commencent à intérioriser les objectifs pédagogiques et les appliquent à leurs futurs efforts

Je crois que c'est avantage pour l'apprenant plutôt... et que du moment qu'une stratégie favorise l'apprentissage, elle présente un "avantage pour l'enseignant" ! Par contre,

 Accès à des données, qui ne sont pas autrement disponibles, sur les efforts et la persévérance des élèves (Rolheiser et Ross, 2000).

c'est effectivement un avantage pour l'enseignant, mais là aussi il faudrait préciser, pourquoi ces données ne sont pas "autrement disponibles" ? Qu'est-ce qui vous permet d'avancer cela ?

Ensuite, il est important aussi dans cette section de préciser, sur la base des articles proposées dans la bibliographie, quelles sont les preuves empiriques de l'efficacité de cette stratégie, quels sont les aspects de l'auto-évaluation qui ont été jugés importants pour l'apprentissage sur la base des études empiriques ? Il serait bon d'approfondir cette section.

Pour mieux voir comment peut-on présenter et justifier les conditions d'apprentissage, je vous conseille d'examiner les fiches complétées ou la fiche "exemple résolu", qui est en rédaction, mais qui présente une bonne description des "conditions". Je vous reviendrai sous peu avec d'autres commentaires après une deuxième lecture de votre fiche. "Bpudelko 3 avril 2014 à 10:19 (EDT)".

Bonjour, j’ai modifié la fiche qui manquait plusieurs informations dans la catégorie « conditions favorisant l’apprentissage » en tenant compte des commentaires inscrit.Au niveau des preuves empiriques de l’auto-évaluation, dans ma recension des écrits sur l’auto-évaluation, j’ai remarqué que les auteurs ne contestent pas l’efficacité de l’auto-évaluation puisque la stratégie de l’évaluation faite par l’enseignant est efficace pour améliorer l’apprentissage. Je vais laisser la chance à d’autres contributeurs de démontrer l’efficacité de l’Évaluation formative lors de la rédaction de cette fiche prévue à cet effet. De plus, certaines assomptions sur l’auto-évaluation n’ont toujours pas été étudiée et prouvé empiriquement (par exemple, l’auto-évaluation permet à l’élève d’avoir des meilleurs résultats, Ibabe et Jauregizar, 2010).Enfin, j’ai cité telle quelle une fiche du Ministère de l’Éducation de l’Ontario contenant différents avantages pour l’élève et les enseignants. Ces avantages sont sous forme de liste avec aucune explication. Je suis d’accord avec les commentaires de Mme Pudelko et l’on peut se demander facilement la question « Pourquoi? », dont l’avantage « accès à des données, qui ne sont pas autrement disponibles, sur les efforts et la persévérance des élèves ». Je n’ai pas été en mesure de mettre la main sur les différentes études citées et je préfère les retirer de la fiche descriptive pour le moment. ″Et337680 8 avril 2014 à 09:22 (EDT)″
J'ai entièrement modifié le texte de la fiche en y apportant les améliorations suggérées. De façon générale, j'ai essayé de distinguer les aspects concernant les apprenants et ceux se référant aux enseignants.--Et434391 (discussion) 3 janvier 2016 à 18:33 (EST)
Dans cette section, comme dans toute la fiche, il semble pertinent de faire la distinction entre auto-évaluation sommative et formative. Cette distinction permettrait de mieux comprendre pourquoi et comment cette stratégie favorise l’apprentissage. Par exemple, les travaux de Falchikov et Boud, il semblent concerner principalement l’auto-évaluation sommative. Or, celle-ci n’a peut-être pas exactement le même objectif de construction des connaissances métacognitives que l’auto-évaluation formative. En ce qui concerne la citation de Isabe et Jauregizar, il aurait été intéressant de préciser de quel type d’auto-évaluation il s’agit ?La description de la preuve empirique devra être améliorée."Bpudelko 3 avril 2014 à 10:19 (EDT)"


Type de guidage

Plusieurs des informations décrites dans les sections précédentes peuvent être utilisées ici pour décrire et justifier le fait que l’auto-évaluation « correcte » n’est pas « innée », mais doit être enseignée… Un exemple tiré de la littérature serait utile.

Vous écrivez: car ceux-ci sont aptes à calculer la réalité de leurs jugements vers une note finale (Tejeiro et al., 2012).. Je ne comprends pas bien ce passage, la formulation serait à revoir.--
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

Vous avez raison, cette phrase n'était pas claire. J'ai reformulé pour rendre le propos plus compréhensible. Cette phrase se trouve toutefois dans la section Niveau d'expertise des apprenants. --Et434391 (discussion) 3 janvier 2016 à 20:26 (EST)

C'est très bien de fournir des exemples pour illustrer des propositions de façon à ce que le lecteur puisse « situer dans le concret » ce qui est dit. Ces exemples devraient être suffisamment informatifs pour comprendre l'exemple (ici, davantage d'informations sur les cours en question seraient nécessaires...). Peut-être que ces exemples seraient mieux à leur place dans la section Conseils pratiques."Bpudelko 3 avril 2014 à 10:19 (EDT)"

J'ai cru bon d'énumérer des éléments pouvant être employés par l'enseignant afin de bien guider l'apprenant dans cette stratégie. L'enseignant peut en effet guider l'apprenant en lui indiquant comment lui-même s'auto-évaluerait en regard d'un contenu précis. De plus, certaines stratégies peuvent favoriser l'apprentissage de l'auto-évaluation comme c'est le cas pour l'évaluation mutuelle et la coévaluation. --Et434391 (discussion) 3 janvier 2016 à 20:40 (EST)

Type de regroupement des apprenants

Pourrait être mieux justifié. --
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

Milieu d'intervention

Pourrait être mieux justifié. --
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

Conseils pratiques

Les conseils auraient gagné à être présentés du point de vue de l’élève vs enseignant ou concepteur … Généralement, il faut éviter les citations longues, car faire du copier-coller ne permet pas de transformer les informations lues en connaissances, en réalisant un traitement actif de ces informations."Bpudelko 3 avril 2014 à 10:19 (EDT)"

J'ai présenté différentes mesures que l’enseignant peut prendre pour s’assurer que les élèves apprennent à s’évaluer de manière efficace. --Et434391 (discussion) 3 janvier 2016 à 20:29 (EST)

Références

Indiquez ici :

  • les ressources informationnelles qui sont citées dans le texte de la fiche mais qui ne figurent pas dans les références bibliographiques,
  • les ressources informationnelles douteuses ou incomplètes.

On place en webographie les vidéos, les présentations de type PowerPoint, les applications ou autres qu'on retrouve en ligne. Dans votre cas, la plupart des liens sont vers des articles publiés et mis en ligne. Ils devraient être déplacer dans les références bibliographiques.--
Denis Lamy / Chargé d'encadrement / 3 janvier 2016 à 09:53 (EST)

Il faut repérer dans les références disponibles celles qui sont déjà utilisées pour rédiger la fiche et les déplacer dans la section DE "RÉFÉRENCES UTILISÉES"


Il vaut mieux faire directement dans le texte de la fiche (à l'endroit approprié) les actions suivantes concernant les références

  • suppressions,
  • ajouts,
  • corrections (italiques, orthographe, style APA...),
  • déplacements (dans les autres sections des références).
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Outils
Assistance
Imprimer / exporter