Discussion:Evaluation formative

De Wiki-TEDia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Évaluation globale

Re-bonjour Julie, Vous avez répondu à mes commentaires et justifié vos réponses en apportant des arguments pertinents et fondés sur une réflexion personnelle. Bravo pour cette fiche sur un sujet difficile ! Je modifie aujourd'hui l'état de la fiche en encadré : c'est une fiche "avancée" désormais. Merci de votre contribution actuelle et future ! --Bpudelko 10 décembre 2014 à 17:06 (EST)

Bonjour, merci beaucoup pour ces commentaires. Vous avez raison, la réalisation de cette fiche était un véritable de défi car il y a beaucoup d'information sur le sujet et les conceptions de l'évaluation formative évoluent à travers le temps et les approches. J'ai réfléchi assez longuement sur la structure de ma fiche avant d'en débuter la rédaction. Aussi, comme je l'ai mentionné à un collègue dans un autre commentaire, ce qui m'a permis de sélectionner l'information que je voulais inclure dans ma fiche a été de me mettre à la place de mes collègues en me demandant ce que j'aimerais savoir sur l'évaluation formative. C'est un défi lors de la rédaction d'une fiche dans un wiki comme ici car le contenu doit être à la fois informatif et pratique. --Et410090 30 novembre 2014 à 16:21 (EST)

Bonjour Julie, je vous félicite pour l'ensemble de votre travail sur cette fiche. L'évaluation formative est un sujet très vaste et complexe avec plusieurs ramifications importantes en ce qui concerne l'enseignement et l'apprentissage. La difficulté pour le premier auteur de cette fiche a été de construire l'ossature conceptuelle qui pourra être enrichie et améliorée par la suite. Vous avez très bien relevé ce défi. L'ensemble est bien structuré, bien argumenté, bien étayé par les sources. Les auteurs sont cités à bon escient et vous avez fait un bon travail de synthèse entre plusieurs sources. Enfin, vous avez bien utilisé les fonctionnalités du wiki et du wikitexte (liens, caractères). J'ai fait quelques corrections de style "cosmétiques" sur la forme directement dans le texte, mais ce n'est rien de majeur (vous pouvez les consulter en regardant l'historique de la fiche). J'inscris mes remarques plus importantes dans les sections concernées, lorsque j'en ai. --Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Commentaires détaillées par section

Appellation en anglais

J'ai fait les modifications comme vous avez suggéré.--Et410090 30 novembre 2014 à 16:11 (EST)

Il serait utile de mettre les termes anglais en italiques et décaler d'un espace votre explication en précisant peut-être qu'il s'agit d'une "note importante".--Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Résumé introductif

Retenez que le titre de la fiche de stratégie devrait apparaître en caractères gras (uniquement la première fois, et seulement dans le résumé introductif) dans la première phrase du résumé introductif. --François (discussion) 19 novembre 2021 à 18:44 (EST)


Stratégies apparentées

Bonjour, c'est un choix qui se tient ! --Bpudelko 10 décembre 2014 à 17:00 (EST)

J'ai choisi de réorganiser les stratégies apparentées de la façon suivante:

  1. Les types d'évaluation pour le produit de l'apprentissage (comme décrit dans la section description);
  2. Les stratégies apparentées qui sont des instruments pour faire l'évaluation formative pour renseigner sur le processus; et
  3. Les stratégies apparentées qui font suite à une activité en permettant la régulation (par exemple, la rétroaction entre les pairs suivant un exercice.). Et410090 30 novembre 2014 à 16:41 (EST)


Vous avez bien remarqué que l'évaluation formative est au coeur de plusieurs autres stratégies, dont certaines peuvent effectivement être considérées comme "moyen" ou "instrument" de la réalisation de l'évaluation formative. Je pose donc la question suivante : est-ce qu'il y aurait une façon pertinente de regrouper ces microstratégies selon les distinctions que vous avez faites dans la description ? Plus précisément, je pense qu'on peut dire qu'il y a des stratégies apparentés mais différentes par rapport au but visé - renseigner sur le produit de l'apprentissage (évaluation diagnostique et évaluation sommative) et des stratégies apparentées qui poursuivent le même but - renseigner à la fois l'étudiant et l'apprenant sur le processus de l'apprentissage (portfolio, rétroaction formative, etc), même si certaines stratégies peuvent être utilisées dans les deux cas (exercice ?). Qu'en pensez-vous ? J'admets que la question n'est pas facile !--Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Type de stratégie

Très bien, bonne explication.

Type de connaissances

Très bien, bonne explication.

Description

Belle description de l'évaluation formative! Les sources pour étayer votre description sont judicieusement choisies. Bravo!

Merci beaucoup pour les commentaires. Pour rédiger ma fiche je me suis demandée ce qui serait le plus pertinent pour mes collègues. Bonne continuité. Julie

Je me demande quelle relation peut-on faire entre les deux distinctions que vous avez relevées chez Scallon : d'une part les conceptions cognitiviste/béhavioriste, d'autre part perspectives docimologique/didactique ? On dirait qu'elles se recoupent ? D'autre part, j'ai reformulé un peu votre description car j'ai compris que dans la conception béhavioriste, on utilise plutôt une évaluation critériée et non pas une évaluation normative? Était-ce bien le sens des propos avancés par Scallon ? --Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Pour votre première question, oui madame Pudelko vous avez raison les deux distinctions se recoupent. J'ai donc réorganisé les paragraphes pour jumeler d'une part, la conception béhavioriste et la perspective docimologique et d'autre part, la conception cognitiviste et la perspective didactique. Pour votre deuxième question, vous avez également raison, dans la conception béhavioriste c'est une évaluation critériée qui est utilisée. Je vous remercie pour les précisions. Julie--Et410090 5 décembre 2014 à 16:27 (EST)

Le dernier paragraphe qui commence par "les lignes qui suivent", est très intéressant et effectivement soulève plusieurs questions. Cependant, étant donné le caractère encyclopédique de la fiche, les questions que vous soulevées devraient figurer dans la page de discussion (dans la section correspondante)- en quelque sorte, vous les posez aux lecteurs et aux contributeurs, ce qui est fort pertinent. Vous pourriez garder peut-être certaines propositions qui semrblent être des critiques - en précisant qu'il s'agit de critiques ou de limites - mais aussi bien distinguer celles qui concernent l'évaluation formative et celles qui semblent se rapporter plutôt à l'évaluation sommative (quand on parle de l'évaluation, c'est habituellement à cela qu'on pense !). --Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Comme vous le suggérez, j'ai transféré ce paragraphe sous l'onglet discussion. Par contre, j'ai décidé de ne pas morceller le paragraphe et de garder toutes les propositions au même endroit afin pour stimuler la réflexion chez les collaborateurs. Aussi, afin d'en faciliter la lecture, j'ai utilisé une liste à puces. --Et410090 5 décembre 2014 à 16:14 (EST)Julie


Questions aux contributeurs intéressés par cette fiche. Les lignes qui suivent ont comme objectif de stimuler votre réflexion sur la conception de l’évaluation et plus précisément sur l’évaluation formative.

Plusieurs auteurs (Bélanger et Lussier; 2009; Rey et Feyfant, 2014; Taras, 2005) discutent de la connotation négative entourant le processus d’évaluation et des impacts sur l’évaluation. Voici leurs propos:

  • Taras (2005) soutient que l’évaluation formative est une version «antiseptique» de l’évaluation et que l’évaluation sommative représente tous les aspects négatifs de l’évaluation principalement à cause de l’anxiété causée par ce type d’évaluation (p. 469).
  • De leur côté, Bélanger et Lussier (2009) rapportent que certains enseignants peuvent avoir une conception négative de l’évaluation formative car ils ne voient pas les avantages de l’évaluation formative mais la perçoivent plutôt comme si elle enlevait du temps d’enseignement. L’évaluation formative nécessite plus de temps de préparation et morcelle le rythme de l’enseignement.
  • Rey et Feyfant (2014) rapportent des propos de «pression éducative, tension, menace, frénésie évaluative et peur de l’évaluation». Ces auteurs discutent de cette contradiction en évaluation indiquant que l’Inspection générale dans un rapport de 2013 soutient que «les parents trouvent leurs enfants plus confiants lorsqu’ils ne sont pas notés, même si les élèves qui réussissent aiment mesurer le plus finement possible cette réussite» (p. 2).
  • Aussi, Rey et Feyfant soutiennent que les apprenants ajustent leur effort selon le pourcentage que vaut l’évaluation et qu’un enseignement exempt d’évaluation n’est pas considéré comme crédible. Ils constatent que ces conceptions de l’évaluation amènent les enseignants à «mesurer ce qui est facile à évaluer plutôt qu’à évaluer ce qui a été effectivement appris» (p. 2).

Et vous, où vous situez vous dans ce débat sur le rôle et la forme de l’évaluation?

Conditions favorisant l’apprentissage

Bonne justification ! Peut-être mieux distinguer (avec liste à puces ou caractères gras), les différents cas de figure (par l'enseignant, par l'apprenant, etc.) pour favoriser chez les lecteurs et les contributeurs la comparaison et l'analyse.--Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Je vous remercie pour la suggestion. J'ai ajouté une liste à puces pour faire la distinction entre les éléments concernant les enseignants et ceux concernant les apprenants. Je trouve que ça rend aussi le contenu plus facile à lire. --Et410090 30 novembre 2014 à 20:27 (EST)

Allal (1999), dans son texte sur l'acquisition et l'évaluation des compétences en situation scolaire, décrit les conditions essentielles qui doivent être réunies pour que l'évaluation formative contribue à la construction des compétences des élèves. J'ai ajouté ces quelques conditions, qui selon moi sont pertinentes dans cette section. --Et434391 (discussion) 8 janvier 2016 à 15:10 (EST)

Niveau d’expertise des apprenants

Type de guidage

Type de regroupement des apprenants

Milieu d’intervention

Je me questionne au sujet de la phrase suivante :

Rowntree (1987) (cité dans Taras, 2005, p. 469) indique que l’évaluation fait partie intégrante de tous les aspects de notre vie quotidienne.
Il considère l’évaluation comme un processus naturel et automatique.

Je pense que cela mérite réflexion et discussion : qu'est-ce que cela implique au juste pour la conception pédagogique et pour l'enseignement ? Doit-on comprendre que finalement, l'enseignant le fait "naturellement" (l'école fait partie de la vie "quotidienne" ?) ou au contraire, les situations d'enseignement sont "artificielles" dans lesquelles on "chasse le naturel" (mais revient-il au galop ;-) ?). Phrase discutable donc, plutôt à mettre dans la page discussion, à mon avis. --Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Merci pour la suggestion. Lors de mes recherches pour la rédaction de ma fiche j'ai en effet noté de nombreuses pistes de discussion concernant l'évaluation formative. J'ai inclus ces commentaires directement dans la fiche, comme vous le notez également dans la section description. Comme vous le suggérez ici ces commentaires devraient aller sous l'onglet discussion. J'ai alors transféré la remarque ci-dessous de la fiche dans la section discussion en y ajoutant quelques commentaires.

Rowntree (1987) (cité dans Taras, 2005, p. 469) indique que l’évaluation fait partie intégrante de tous les aspects de notre vie quotidienne. Il considère l’évaluation comme un processus naturel et automatique.

Par ce commentaire, Taras (2005) soulève le questionnement suivant chez le lecteur: pourquoi, si l'évaluation fait partie intégrante de tous les aspects de notre vie quotidienne, lorsque l'évaluation est transposée dans un contexte éducatif des sentiments de stress et d'anxiété y sont souvent associés avec une connotation négative. Selon moi, l'implication pour la conception pédagogique de ce constat de Taras est d'inclure, lors du design et de l'ordonnancement, les activités d'évaluation sur un pied d'égalité avec les activités d'enseignement-apprentissage afin que la transition entre ces types d'activités soit transparente. Les activités d'évaluation devraient être considérées lors du macrodesign. Dans le cadre de mon travail, je dois déterminer tout d'abord les objectifs d'apprentissage puis les activités d'évaluation et ensuite, je fais la conception des activités d'enseignement-apprentissage qui vont préparer les apprenants aux évaluations. Et vous, quelle approche utilisez-vous dans votre macrodesign?

Au plaisir de lire vos commentaires, Julie --Et410090 5 décembre 2014 à 15:57 (EST)

Conseils pratiques

Très bien, bonne description.--Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Références

Indiquez ici :

  • les ressources informationnelles qui sont citées dans le texte de la fiche mais qui ne figurent pas dans les références bibliographiques,
  • les ressources informationnelles douteuses ou incomplètes.
Vous avez bien décrit les ressources, ces informations complémentaires seront utiles aux lecteurs !--Bpudelko 28 novembre 2014 à 09:15 (EST)

Il vaut mieux faire directement dans le texte de la fiche (à l'endroit approprié) les actions suivantes concernant les références

  • suppressions,
  • ajouts,
  • corrections (italiques, orthographe, style APA...),
  • déplacements (dans les autres sections des références).