Différences entre versions de « Utilisateur:Et497744/test phase 3 Connaissances sur les classifications des microstratégies »

De Wiki-TEDia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(test ; ajout lasnier, Villiot-Leclercq)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
Il existe différents cheminements pour regrouper les stratégies de formation dans un certain cadre d’intelligibilité. Les connaissances sur les classification des [[microstratégie]]s présentées ici sont comme autant de “lunettes” différentes pour explorer la Banque des stratégies sous différentes perspectives et en fonctions de certains principes.<br>
+
Il existe différents cheminements pour regrouper les stratégies de formation dans un certain cadre d’intelligibilité. Les connaissances sur les classification des [[microstratégie]]s présentées ici sont comme autant de “lunettes” différentes pour explorer la [[Banque de stratégies de formation]] sous différentes perspectives et en fonctions de certains principes.<br>
  
 
=== Distinguer "catégorisation" et "classification" ===
 
=== Distinguer "catégorisation" et "classification" ===

Version actuelle datée du 5 octobre 2021 à 20:05

Il existe différents cheminements pour regrouper les stratégies de formation dans un certain cadre d’intelligibilité. Les connaissances sur les classification des microstratégies présentées ici sont comme autant de “lunettes” différentes pour explorer la Banque de stratégies de formation sous différentes perspectives et en fonctions de certains principes.

Distinguer "catégorisation" et "classification"

D'abord, pour nous aider à distinguer "catégorisation" et "classification", on peut lire dans :

  • la fiche de la ligne éditoriale de la Banque de stratégies : "La classification des catégories et les sous-catégories traduit les principes de l’approche cognitive de la conception pédagogique et de l’apprentissage, prédéterminés par l'analyse préalable du domaine".
  • la fiche du blogue : "En se basant sur la classification de Smith et Ragan (2005), le blogue est une stratégie générative (generative strategy) lorsque son succès dépend des connaissances initiales des apprenants". Puis, "selon une classification proposée par Weinstein et Mayer (1986), les connaissances stratégiques métacognitives utiles dans les situations d’apprentissage par les textes (text-based learning) appartiennent à trois groupes : rappel, élaboration et organisation des informations".


Comme le résume Bardin (2013), : “la majorité des procédures d’analyse s’organise autour d’un processus de catégorisation. La catégorisation est une opération de classification d’éléments constitutifs d’un ensemble par différenciation puis regroupement par genre (analogie) d’après des critères préalablement définis. Les catégories sont des rubriques ou classes qui rassemblent un groupe d’éléments [...] effectué en raison des caractères communs de ces éléments.”


Selon ...

Lasnier

Lasnier (2000) propose de distinguer quatre catégories de stratégies d’enseignement : les stratégies magistrales (exposé, démonstration pratique), les stratégies de travail individuel (pratique autonome, session de travail individuel, apprentissage par problème), les stratégies interactives (groupe de discussion, jeu de rôle, modelage, pratique guidée, apprentissage pas à pas), les stratégies socioconstructivistes (enseignement par les pairs, tutorat, travail en équipe, apprentissage coopératif, apprentissage par projets, étude de cas).

Villiot-Leclercq

Les scénarios pédagogiques peuvent être classés selon différents paramètres qui sont détaillés et présentés avec un exemple : le modèle de diffusion, la stratégie pédagogique (microstratégie), le modèle d’évaluation, le niveau de réutilisabilité (Villiot-Leclercq, 2007, p.32)

Messier

La méthode pédagogique se retrouve souvent répertoriée dans des classifications afin de faciliter sa sélection lors de l'élaboration d'une stratégie pédagogique. Ces classifications, qui prennent souvent la forme d'un répertoire, regroupent les méthodes pédagogiques selon diverses logiques (Messier, 2014, p.130-131) .

Meirieu

Meirieu (2005) suggère cinq principes organisateurs : le degré de didactisation les situations utilisées

les outils mobilisés 

la nature de la relation pédagogique les modalités d'évaluation

Ketele et al.

Le répertoire de de Ketele et al. (1990) propose, pour sa part, quatre axes qui mettent en opposition huit pôles, qui eux permettent de caractériser les méthodes pédagogiques. Ils proposent les quatre axes suivants : 1) l'acteur principal dans la formule (magistrocentrée ou pédocentrée); 2) le guidage privilégié pendant la mise en action de la formule (directive ou non directive); 3) l'agent, donc le moyen par lequel passe l'enseignement (sociocentrée ou 131 technocentrée); et 4) la visée qui correspond au degré d'engagement de l'apprenant au sein de cette formule (directive ou non directive).


Lebrun et Berthelot

Il existe différentes approches pédagogiques répertoriées à partir des travaux (Lebrun et Berthelot) [15]. La liste suivante est une liste non exhaustive des différentes approches : (1) l’exposé, (2) le questionnement didactique, (3) la discussion, (4) les questions-réponses, (5) l’apprentissage coopératif, (6) la simulation, (7) les exercices, (8) l’étude de cas, (9) l’exposé,(10) la résolution de problèmes, etc.

Dans : https://cnplet.dz/images/revue/revue05/Vers-une-ontologie-de-classification-des-sc%C3%A9narios-p%C3%A9dagogiques.pdf


Références

Bardin, L. (2013). Chapitre III. La catégorisation. Dans : , L'analyse de contenu (pp. 150-168). Paris cedex 14, France: Presses Universitaires de France. https://www.cairn.info/feuilleter.php?ID_ARTICLE=PUF_BARD_2013_01_0150


Villiot-Leclercq, E, (2007) . Modèle de soutien à l’élaboration et à la réutilisation de scénarios pédagogiques. Education. Université Joseph-Fourier - Grenoble.