Différences entre versions de « Tutorat (enseignement) par les pairs »

De Wiki-TEDia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Page créée avec « __FORCETOC__ == Appellation en anglais == ''peer instruction'' ''peer tutors / tutoring / teaching'' == Stratégies apparentées == Identifier les stratégies similair... »)
 
 
(73 versions intermédiaires par 18 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
__FORCETOC__
+
<big>'''Avertissement : cette fiche devrait être fusionnée  avec la fiche [[Apprentissage assisté par les pairs]'''].</big>
  
 
== Appellation en anglais ==
 
== Appellation en anglais ==
''peer instruction''
+
''Peer learning'', ''peer tutoring'', ''cross-aged tutoring'', en fonction du type d’accompagnateur et de son degré d’intervention.
  
''peer tutors / tutoring / teaching''
+
== Résumé introductif ==
  
 +
Le '''tutorat (enseignement par les pairs)''' consiste à jumeler un apprenant plus avancé dans un domaine à des apprenants moins avancés ou éprouvant des difficultés d'apprentissage.
  
 
== Stratégies apparentées ==
 
== Stratégies apparentées ==
Identifier les stratégies similaires, notamment en ce qui concerne les domaines d’apprentissage  et les conditions d’apprentissage visées. Préciser, au besoin, les similitudes et les différences. Identifier les synonymes s’il y a lieu.
+
 
 +
Tutorat à distance, [[tutorat en ligne]], tutorat enseignant-élève, tutorat apprenti-ainé.
  
 
== Type de stratégie ==
 
== Type de stratégie ==
microstratégie
+
Le tutorat par les pairs est une [[microstratégie]].
  
== Domaine d’apprentissage ==
+
== Types des connaissances ==
Décrire les connaissances visées. Expliquer en quoi cette stratégie est adaptée à ce type de connaissances. Donner des exemples des contenus ou champs disciplinaires dans lesquels la stratégie a été utilisée.
 
  
 
== Description ==
 
== Description ==
Décrire la démarche d’enseignement-apprentissage proposée par la stratégie, notamment :  la problématique et les origines de conception de cette stratégie, ses principales étapes, les conditions de la mise en oeuvre, les médias qui peuvent être utilisés pour supporter la stratégie.
+
 
+
 
== Conditions favorisant l’apprentissage ==
+
 
Identifier, expliquer  et justifier les conditions d’apprentissage que la stratégie vise à favoriser. Décrire quelle est la preuve empirique de l’efficacité de la stratégie.
+
 
 +
== [[Conditions d'apprentissage|Conditions favorisant l’apprentissage]]==
 +
 
 +
Il y a des facteurs qui facilitent le processus de tutorat, tout comme il y en a qui en sont de véritables freins. On pourrait citer entre autres éléments de compatibilité dans un  processus de tutorat par les pairs, la proximité entre le tuteur et le tutoré. Le fait que les deux acteurs appartiennent à la même sphère et dont côtoyant le même environnement physique crée un sentiment de complicité entre les deux entités. La différence d’âge n’étant généralement pas très grande comme ce pourrait être le cas dans une situation de tutorat enseignant/élève, les échanges et les discussions sont plus détendus et le tutoré peut poser même des questions qu’il n’oserait pas dans une autre situation. Joan Gaustad (1993) résume cela en ces termes: « ''One-to-one tutoring has long been recognized as superior to group instruction, especially for students with special needs. Tutoring can adapt instruction to the learner's pace, learning style, and level of understanding. Feedback and correction are immediate. Basic misunderstandings can be quickly identified and corrected, practice provided, and more difficult material introduced as soon as the student is ready.'' »
 +
Comme obstacles au développement d’un processus de tutorat, on peut citer l’incompatibilité d’humeur entre les différents acteurs, les contraintes administratives comme par exemple l’affectation a cheque tuteur d’un cadre adéquat dans lequel il pourrait s’exercer. En France par exemple, le tutorat fait l’objet de vives critiques dans les milieux universitaires et scolaires, dans lesquels les tuteurs sont catalogués comme étant des « profs au rabais » (Bachelet, 2011).
 +
En dehors du Dowson College que j’ai cité plus haut comme exemple palpable de réussite de la méthode de tutorat par les pairs, on pourrait également en citer d’autres comme la Coca-Cola Value Youth Program (VYP) qui a été développé aux Etats-Unis par l’Association pour la Recherche du Développement Interculturel(IDRA), et dont le but était de donner des chances égales aux apprenants d’origine hispanique, qui constituent des populations à risque pour la communauté américaine. Pour ce faire, chaque élève en difficulté devait se faire assister par un tuteur sélectionné parmi les meilleurs élèves de chaque école où le programme devait se tenir, et à qui une brève formation a été donnée dans le but de les aider à mieux gérer la communication et les relations interpersonnelles avec leurs tutorés. Ces tuteurs devaient également bénéficier de la gratuité des frais de scolarité.  Des exemples peuvent être cités à profusion.
 +
 
 +
Selon John Hattie, l’efficacité du tutorat par les pairs sur l’acquisition de connaissances chez l’apprenant est de 0,53, ce qui est considéré comme étant une influence relativement moyenne (Corwin, 2018).
  
 
== Niveau d’expertise des apprenants ==
 
== Niveau d’expertise des apprenants ==
Identifier si la stratégie est adaptée aux apprenants débutants, intermédiaires ou novices dans un domaine. Décrire comment la stratégie prend en considération le niveau des connaissances des apprenants dans le domaine ciblé. Donner des exemples.
+
 
 +
 
 +
Le tutorat par les pairs ne concerne pas seulement les apprenants débutants dans un domaine précis. On peut rencontrer des situations dans lesquelles le besoin d’un tuteur pour un élève se fait ressentir dès les débuts de sa formation, tout comme un autre peut s’avérer indépendant en tout début et qu’en cours de formation, on éprouve la nécessité de lui allouer un tuteur, parce-que ses aptitudes à être autonome sont devenues insuffisantes. De toutes les façons, le rôle du tuteur sera celui de le rendre le plus autonome possible. Il convient de préciser que pour une bonne réussite d’un programme de tutorat, il faut d’abord évaluer le degré de difficulté des élèves concernés. Cette tâche incombe à l’enseignant même chargé de cet élève ou de la discipline concernée et non pas au tuteur, qui, ne l’oublions pas, est avant tout un autre élève. Lorsque le problème ou la difficulté d’un apprenant a été identifiée, le rôle du tuteur est de mettre un accent particulier sur cet élément. L’enseignant quant à lui joue le rôle de superviseur et doit s’assurer que l’évolution du tutoré est palpable. Dans le cas contraire, il doit revoir avec le tuteur ce qu’il y a lieu de faire pour atteindre les objectifs fixés. Il est également de bon ton de préciser que le tutorat est un programme par objectifs, dans lequel le tuteur doit remplir un cahier de charges en fonction des difficultés de l’élève. De façon plus concrète, si l’on a affaire à des élèves ayant des difficultés en français par exemple, on ne dira pas à un tuteur de lui venir en aide en français. Ce serait un tâche immense pour celui qui comme son tutoré est également un apprenant. L’enseignant se chargera d’abord d’identifier sur quel élément du français le tuteur doit travailler. Il s’agit ici d’un processus de segmentation de la difficulté, au point de ne se concentrer que sur l’élément même qui cause le problème, ceci permet d’apporter des réponses efficaces et plus efficientes.  
  
 
== Type de guidage ==
 
== Type de guidage ==
Décrire quel est le type de guidage et de support offert par la stratégieFaire les liens avec le niveau d’expertise des apprenants en décrivant comment et pourquoi le type offert est censé favoriser l’apprentissage de ces apprenants.
+
 
 +
Dans une situation de tutorat par les pairs, on pourrait envisager deux types de guidages. Dans un premier temps, on assiste à une situation dans laquelle le tuteur est un ainé, c'est-à-dire un étudiant d’un palier supérieur à celui du tutoré. Dans ce cas, ce dernier se contente beaucoup plus d’écouter et de suivre le cheminement proposé par le tuteur, en faisant au besoin, des rapprochements avec la méthode utilisée par l’enseignant. Dans une autre situation, on peut avoir deux élèves de la même classe, mais dont l’un est le tuteur de l’autre. Dans ce cas, le cheminement est bien différent de la première situation, dans laquelle le tutoré joue plutôt un rôle plus passif. Ici, on assiste à un véritable échange entre les deux personnes d’apparence égale.
 +
 
 +
Dans la méthode de tutorat par les pairs, les élèves tuteurs fournissent une aide stratégique aux élèves qui éprouvent des difficultés légères d’apprentissage. Par exemple, dans une classe ordinaire qui intègre des élèves immigrants allophones et des apprenants en difficulté d’apprentissage, il va sans dire que ces derniers ne bénéficient pas du soutien linguistique de leurs parents. Ils ne maitrisent pas ou maitrisent moins le français. L’enseignant utilisera donc le « tutorat par les pairs » pour faciliter l’apprentissage de ses élèves et maximiser leur chance de réussir leur intégration scolaire et sociale. « Ce qui a surpris le plus, cependant, c’est le fait que cette stratégie comporte aussi des avantages pour les élèves tuteurs. Par exemple, plusieurs études recensées avaient permis de découvrir que des élèves faibles en lecture faisaient des progrès remarquables après avoir travaillé avec des élèves plus jeunes. Depuis, d’autres synthèses sur le sujet ont confirmé ces résultats. » (Monique Bournot-trites, Elisabeth Lee et Jérémie Séror, http://www. Erudit.org/revue/ RSE/2003/v29/n1/009498ar.html)
 +
Grâce à la méthode de tutorat par les pairs, les élèves se sont, non seulement, entraidés, mais aussi ils ont réussi à aider des enseignants à mieux comprendre le processus d’apprentissage relatif à la lecture. En effet, la relation entre tuteur et tutoré peut déboucher sur une magnifique expérience éducative. L’élève tuteur est quelqu’un dont l’attention est particulièrement portée sur l’élève avec qu’il travaille. Il s’assure que l’élève ne manque de rien pour acquérir et s’approprier les notions afin de progresser dans ses apprentissages. Les rayons d’action des tuteurs ont tendance à s’étendre de plus en plus, mais l’aide est au cœur de l’activité tutorale. Aider à apprendre, aider à maitriser (ou à se familiariser avec la langue du pays d’accueil), aider à s’intégrer dans une nouvelle culture, etc.
  
 
== Type de regroupement des apprenants ==
 
== Type de regroupement des apprenants ==
Décrire le type de regroupement préconisé par la stratégie et comment on peut le réaliser. Donner des exemples.
+
 
 +
Lors du tutorat par les pairs, il importe de "jumeler les élèves ayant un profil compatible", c'est à dire que la personnalité des apprenants doit être prise en compte, ainsi que leur style d'apprentissage, leur âge, leur niveau, leurs connaissances antérieures, etc. En effet, le côté affectif est à prendre en compte étant donné que chez les apprenants de tous âges le travail avec les pairs peut "engendrer des conflits lorsque les rôles et les tâches de chacun ne sont pas clairs ou mal compris" (Leroux et Paré, 2016). Lors du tutorat par les pairs, les dyades formées doivent être de niveaux de compétences hétérogènes afin qu'un élève soit considéré comme l'expert.
 +
 
 +
Dans un cours de français, durant le premier mois de l’école, l’enseignant choisira ses tuteurs en les jumelant aux tutorés selon le critère d’habiletés en lecture, clarté et vitesse de prononciation, etc. Nous partageons l’opinion de Cloward (1976 cité par Monique, Elisabeth et Jérémie, 2003) selon laquelle « il n’est pas nécessaire d’imposer un haut niveau académique et intellectuel pour la sélection des tuteurs ». Les critères concernant l’âge et le sexe différent ne constituent pas des inconvénients dans la formation des paires. Les enfants sont tous de la même classe (par exemple,3e année ou 4e année). Ils ont approximativement le même âge. Un camarade de 1 à 2 ans plus âgé peut avoir une bonne relation avec ses pairs.
 +
Par exemple, Au début de chaque leçon de français, l’enseignant expliquera l’activité de tutorat par les pairs. Il supervisera constamment le travail des tuteurs, et lorsqu’un tuteur et son élève terminent une séquence de l’activité, une évaluation informelle sera faite par l’enseignant pour déterminer si l’élève peut passer à la prochaine étape. C’est une façon efficace d’améliorer le niveau de lecture des élèves en difficulté. Une fois les mécanismes de lecture acquis, le processus d’apprentissage sera déterminant. Cette expérience aura des effets positifs sur les attitudes, la motivation des élèves envers la lecture et sur leur estime de soi.
 +
Les tuteurs seront jumelés aux tutorés en fonction de l’exactitude de leur lecture, de la clarté de la prononciation et de la vitesse de lecture. Mais cela ne veut pas dire que les tuteurs seront de bons ou d’excellents lecteurs. En outre, bien que certains enfants préfèrent travailler avec un partenaire du même sexe, la formation de groupes mixtes n’aurait pas d’effets négatifs sur les apprenants. La compétence relative entre le tuteur et son élève est plus importante que les facteurs liés au sexe et à l’âge des élèves ou aux autres caractéristiques des tuteurs. Cloward (1976 cité par Monique, Elisabeth et Jérémie, 2003) a pris soin d’observer, par rapport à l’apprentissage de la lecture, l’efficacité de bons lecteurs ou de lecteurs faibles recrutés comme tuteurs. Les premiers ne sont pas à l’origine de progrès plus importants chez les tutorés que les seconds.
 +
D’où la conclusion à laquelle aboutit l’auteur : « Il n’est pas nécessaire d’imposer un haut niveau académique et intellectuel pour la sélection des tuteurs ». Parce qu’un bon lecteur est moins bien placé pour comprendre les problèmes rencontrés par ce type de tutorés qu’un lecteur qui les a lui-même vécu. Étant « passé par là », le second dispose d’une expérience précieuse qui manque au premier. Telle est l’interprétation le plus couramment admise. En conséquence, lorsqu’il est question d’engager des tuteurs à l’intérieur d’une classe, le choix des meilleurs éléments n’est pas obligatoirement le plus judicieux.
 +
Bref, ce n’est pas l’âge ni l’expérience scolaire ni l’excellence scolaire qui constitueront le critère sur lequel le choix des tuteurs sera fait. C’est juste, par exemple, le niveau d’habileté en lecture qui sera pris en compte lors de la sélection des tuteurs dans un cours de français. Ceux-ci sont supposément détenteurs d’assez de compétences scolaires leur permettant d’apporter ce dont leurs tutorés ont besoin : aide, soutien, assistance, etc. Les tuteurs auront donc pour mission de familiariser les tutorés (élèves immigrants allophones intégrés dans la classe ordinaire) avec la nouvelle langue et de les aider à la maitriser. Ces enfants de minorités ethniques rencontrent des difficultés à cause de leur manque de maitrise du français. Ils seront alors pris en charge par des enfants confirmés pour des activités de lecture et échangeront progressivement dans la langue d’enseignement avec les tuteurs.
  
 
== Milieu d’intervention ==
 
== Milieu d’intervention ==
Décrire dans quel milieu éducatif la stratégie a été utilisée. Donner des exemples.
 
  
== Conseils pratiques ==
+
Le tutorat est une pratique que l’on observe de plus en plus dans tous les niveaux d’apprentissage, de la maternelle au milieu de travail, en passant par le secondaire et le supérieur. Dans des universités le principe de  chargé de travaux dirigés est une forme de tutorat par les pairs.
Dans la mesure du possible, fournir  des conseils, des « trucs » ou des « astuces » en lien avec des exemples issus de la pratique « réelle » de cette stratégie.
+
 
 +
== Conseils pratiques et exemples d’utilisation ==
 +
 
 +
La réussite d’un processus de tutorat par les pairs ne dépend pas seulement des conditions citées plus haut dans ce travail, mais surtout d’ un suivi régulier des activités du tuteur et de son élève par une personne plus avisée, comme un enseignant qualifié dans une discipline par exemple. Cette stratégie permet d’éviter les égarements et surtout de donner raison à ceux-là qui disent du tutorat, voire du tuteur comme des « profs au rabais ».
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
Bachelet, R. (2010). Le tutorat par les pairs: quels fondamentaux, quels dispositifs, quels résultats?. Dans ''Accompagner des étudiants: Quels rôles pour l'enseignant ? Quels dispositifs ? Quelles mises en oeuvre ?'' sous la direction de Verzat, C., Villeneuve, L., et Raucent, B. De Boeck. En ligne http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/60/07/33/PDF/Remi.Bachelet_-_Former_des_A_tudiants_tuteurs.pdf
+
 
 +
Corwin. (2018). 250 influences on student achievement. Repéré  à https://www.visiblelearningplus.com/content/research-john-hattie
 +
 
 +
Deschênes, A-J. L’encadrement-programme aux etudes supérieures en formation à distance à la Télé-Université. ''Revue de l’éducation à diistance'', 2001.
 +
 
 +
Fuchs, F., Fuchs, L, et all, (1997), Peer-Assisted Learning Strategies: Making classrooms           
 +
more responsive to diversity. American Educational Research Journal, Vol.34, no.1, p.174-206.
 +
 
 +
Goupil, G. (1997). Les élèves en difficulté d’adaptation et d’apprentissage (2eédition).   
 +
Boucherville, Qc : Gaëtan Morin.
 +
 
 +
King, W., Malcolm-Smith, S., Jaftha, J., Louw, J. et Tredoux, C. Aquasi-experimental comparison of spreadsheet- and classroom-based statistics tutorials. South Africaan Journal of Psychology, 43, University of Cape Town, South Africa, 2013.
 +
 
 +
Lisette Bernard. (2014). Notes du cours. Didactique du français langue première. Université de Montréal.
 +
 
 +
McGarr, O., Marie Clifford, A. ‘Just enough to make you take it seriously’: exploring students’ attitudes towards peer assessment. High Educ , 2013
 +
 
 +
MELS. 2006. Programme de formation de l’école québécoise. Version approuvée.  Éducation préscolaire. Enseignement primaire. Québec : Gouvernement du Québec.
 +
 
 +
Monique Bournot-trites, Elisabeth Lee et Jérémie Séror. (2003). Revue des sciences de l’éducation, 20 (1), 195-210. http://id.erudit.org/id.erudit/009498ar
 +
 
 +
Pascale Lambert. (2010). Notes du cours. Certificat en enseignement du français langue seconde. Université du Québec à Outaouais.
 +
 
 +
Soucy, N., Duchesne, S. et Larose, S.  Le tutorat maître-élève et le tutorat par les pairs: Deux mesures d’aide individualisée au collégial. ''Pédagogie collégiale'', vol. 13, no 4, p. 11-37. -- N° Repère: A063967, mai 2000.
 +
 
 +
Teuscth, P., Bourdet, J.F., Gueye, O. Perception de la situation d’apprentissage par le tuteur en ligne. LIUM-CNRS FRE 2730, Laboratoire d’Informatique de l4université du Maine. Qvenue Olivier Messiaen, 72085 Le Mans cedex9, France, 2004.
 +
 
 +
T. Morgan, J. et Wakefield, C. Conversation? Examining Correlations of Clicker Question Correctness and Course Performance. ''Journal of College Science Teaching'', University of Chicago, 2012.
 +
 
 +
Chamberland, G., Lavoie, L., & Marquis, D. (1995). 20 formules pédagogiques. Presses de l'Université du Québec,.
 +
 
 +
== Webographie==
 +
 
 +
Témoignages de Simon Rainville, professeur titulaire à la Faculté des sciences et de génie à l'Université Laval, et ses étudiants : <br>
 +
Service de soutien à l'enseignement (2021). [Vidéo en ligne]. Repéré à : https://www.enseigner.ulaval.ca/ressources-pedagogiques/vote-interactif-televoteurs-et-appareils-mobiles.
 +
 
 +
Bachelet, R. (2010). Le tutorat par les pairs : quels fondamentaux, quels dispositifs, quels résultats ?. De
 +
Boeck. Le tutorat par les pairs, De Boeck, pp.510, Pédagogies en développement. ffhalshs00600733f. Repéré à : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00600733/document.
 +
 
 +
Smidts, D., Braibant, J-M., Wouters, P., de Theux, M-N. Un outil audiovisuel pour former les tuteurs en pédagogie active [archive]. in Actes du 2ième colloque ENSIETA et ENST Bretagne, Brest, juin 2003.
 +
 
 +
* Article en anglais intitulé « Using Peer Teaching in the Classroom» issu du site web Colorado State University présentant les différentes techniques de l’enseignement en classe par les pairs. Repéré à : http://teaching.colostate.edu/tips/tip.cfm?tipid=180.
 +
 
 +
* Vidéo en anglais présentant la stratégie de l’enseignement par les pairs. TurningTechCanada (2011). 3 Peer Instruction [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=766gR4W9_Aw
 +
 
 +
* Document: ''L'enseignement par les pairs, une méthode pédagogique qui rapporte!'' Université Laval. Repéré en ligne à:  https://www.youtube.com/watch?v=-euhx_rIFPA
 +
 
 +
==Références bibliographiques==
  
 
Bournot-Trites, M., Lee, E., et Séror, J. (2003). Tutorat par les pairs en lecture: une collaboration parents-école en milieu d’immersion française. ''Revue des sciences de l'éducation, 29''(1), 195-210.
 
Bournot-Trites, M., Lee, E., et Séror, J. (2003). Tutorat par les pairs en lecture: une collaboration parents-école en milieu d’immersion française. ''Revue des sciences de l'éducation, 29''(1), 195-210.
Ligne 44 : Ligne 114 :
 
Bowman-Perrott, L., Davis, H., Vannest, K., Williams, L., Greenwood, C., et Parker, R. (2013). Academic Benefits of Peer Tutoring: A Meta-Analytic Review of Single-Case Research. ''School Psychology Review, 42''(1), 39-55.
 
Bowman-Perrott, L., Davis, H., Vannest, K., Williams, L., Greenwood, C., et Parker, R. (2013). Academic Benefits of Peer Tutoring: A Meta-Analytic Review of Single-Case Research. ''School Psychology Review, 42''(1), 39-55.
  
Chi, M. T., Siler, S. A., Jeong, H., Yamauchi, T., et Hausmann, R. G. (2001). Learning from human tutoring. ''Cognitive Science, 25''(4), 471-533.
+
Charron, J. et Morin, M. (2019). Guide de mise en œuvre d’un projet de tutorat par les pairs. Centre étudiant de soutien à la réussite (CÉSAR, Université de Montréal. Repéré à : http://cesar.umontreal.ca/soutienauxfacultes/documents/CESAR_tutorat_par_les_pairs.pdf
  
Collectif. (2000). Le tutorat maître-élève et le tutorat par les pairs dossier thématique. ''Pédagogie collégiale, 13''(4), 11-39. En ligne http://www.cdc.qc.ca/ped_coll/soucy_13_4.html  
+
Chi, M. T., Siler, S. A., Jeong, H., Yamauchi, T., et Hausmann, R. G. (2001). Learning from human tutoring. ''Cognitive Science, 25''(4), 471-533<br />
 +
 
 +
Cohen, P. A., Kulik, J. A. et Kulik, C.-L. C. (1982). Educational Outcomes of Tutoring : A Meta-Analysis of Findings. Dans ''Am Educ Res J. 19:237''. Disponible à : http://aer.sagepub.com/content/19/2/237
 +
 
 +
Collectif. (2000). Le tutorat maître-élève et le tutorat par les pairs dossier thématique. ''Pédagogie collégiale, 13''(4), 11-39. En ligne http://www.cdc.qc.ca/ped_coll/soucy_13_4.html
  
 
Cortright, R. N., Collins, H. L., et DiCarlo, S. E. (2005). Peer instruction enhanced meaningful learning: ability to solve novel problems. ''Advances in physiology education, 29''(2), 107-111.
 
Cortright, R. N., Collins, H. L., et DiCarlo, S. E. (2005). Peer instruction enhanced meaningful learning: ability to solve novel problems. ''Advances in physiology education, 29''(2), 107-111.
Ligne 59 : Ligne 133 :
  
 
Duran, D., et Monereo, C. (2005). Styles and sequences of cooperative interaction in fixed and reciprocal peer tutoring. ''Learning and Instruction, 15''(3), 179-199.
 
Duran, D., et Monereo, C. (2005). Styles and sequences of cooperative interaction in fixed and reciprocal peer tutoring. ''Learning and Instruction, 15''(3), 179-199.
 +
 +
Dzubak, C. et York, P. S. (2009). Why Tutoring Matters: The interaction of a peer tutor and a tutee during scaffolding. Dans : ''Synergy, the online Journal of the Association for the Tutoring Profession, Vol. 2, April 2, 2009''. Disponible à : http://www.myatp.org/wp-content/uploads/2012/06/Synergy-Vol-3-Dzubak.pdf
  
 
Evans, M. J., et Moore, J. S. (2013). Peer tutoring with the aid of the Internet. ''British Journal of Educational Technology, 44''(1), 144-155.
 
Evans, M. J., et Moore, J. S. (2013). Peer tutoring with the aid of the Internet. ''British Journal of Educational Technology, 44''(1), 144-155.
Ligne 75 : Ligne 151 :
 
Greenwood, C. R., et Delquadri, J. (1995). Classwide peer tutoring and the prevention of school failure. ''Preventing School Failure: Alternative Education for Children and Youth, 39''(4), 21-25. En ligne http://web.ebscohost.com.tlqprox.teluq.uquebec.ca/ehost/detail?sid=450080ea-2e50-4d9b-a2ba-4d0612630c1d%40sessionmgr11&vid=2&hid=24&bdata=Jmxhbmc9ZnImc2l0ZT1laG9zdC1saXZlJnNjb3BlPXNpdGU%3d#db=a9h&AN=9510221091  
 
Greenwood, C. R., et Delquadri, J. (1995). Classwide peer tutoring and the prevention of school failure. ''Preventing School Failure: Alternative Education for Children and Youth, 39''(4), 21-25. En ligne http://web.ebscohost.com.tlqprox.teluq.uquebec.ca/ehost/detail?sid=450080ea-2e50-4d9b-a2ba-4d0612630c1d%40sessionmgr11&vid=2&hid=24&bdata=Jmxhbmc9ZnImc2l0ZT1laG9zdC1saXZlJnNjb3BlPXNpdGU%3d#db=a9h&AN=9510221091  
  
Hendriksen, S. I., Yang, L., Love, B., et Hall, M. C. (2005). Assessing Academic Support: The Effects of Tutoring on Student Learning Outcomes. ''Journal of College Reading and Learning, 35''(2), 56-65.
 
  
 
King, A., Staffieri, A., et Adelgais, A. (1998). Mutual peer tutoring: Effects of structuring tutorial interaction to scaffold peer learning. ''Journal of Educational Psychology, 90''(1), 134.
 
King, A., Staffieri, A., et Adelgais, A. (1998). Mutual peer tutoring: Effects of structuring tutorial interaction to scaffold peer learning. ''Journal of Educational Psychology, 90''(1), 134.
Ligne 81 : Ligne 156 :
 
Lasry, N., Mazur, E., et Watkins, J. (2008). Peer instruction: From Harvard to the two-year college. ''American Journal of Physics, 76'', 1066.
 
Lasry, N., Mazur, E., et Watkins, J. (2008). Peer instruction: From Harvard to the two-year college. ''American Journal of Physics, 76'', 1066.
  
Lefebvre, S., et Deaudelin, C. (2001). Les interactions et la performance à l’écrit d’élèves du primaire dans une situation d’apprentissage avec les pairs soutenu par ordinateur. ''Revue des sciences de l'éducation, 27''(3), 621-648.
+
Lefebvre, S., et Deaudelin, C. (2001). Les interactions et la performance à l’écrit d’élèves du primaire dans une situation d’apprentissage avec les pairs soutenue par ordinateur. ''Revue des sciences de l'éducation, 27''(3), 621-648.
  
 +
Legendre, R. (1993) Dictionnaire actuel de l'éducation. Edition GuérinMontréal, 2e édition
 
Lyttle, L. (2011). Do Peer Tutors Help Teach ESL Students to Learn English as a Second Language More Successfully?. En ligne http://files.eric.ed.gov/fulltext/ED518172.pdf
 
Lyttle, L. (2011). Do Peer Tutors Help Teach ESL Students to Learn English as a Second Language More Successfully?. En ligne http://files.eric.ed.gov/fulltext/ED518172.pdf
 +
 +
Leroux, M., & Paré, M. (2016). Mieux répondre aux besoins diversifiés de tous les élèves. Montréal, Québec : Chenelière Éducation.
  
 
Maheady, L., Mallette, B., et Harper, G. F. (2006). Four classwide peer tutoring models: Similarities, differences, and implications for research and practice. ''Reading & Writing Quarterly, 22''(1), 65-89.
 
Maheady, L., Mallette, B., et Harper, G. F. (2006). Four classwide peer tutoring models: Similarities, differences, and implications for research and practice. ''Reading & Writing Quarterly, 22''(1), 65-89.
Ligne 90 : Ligne 168 :
  
 
Nicol, D. J., et Boyle, J. T. (2003). Peer instruction versus class-wide discussion in large classes: A comparison of two interaction methods in the wired classroom. ''Studies in Higher Education, 28''(4), 457-473.
 
Nicol, D. J., et Boyle, J. T. (2003). Peer instruction versus class-wide discussion in large classes: A comparison of two interaction methods in the wired classroom. ''Studies in Higher Education, 28''(4), 457-473.
 +
 +
Papi, C. (2013). ''Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur, Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels''. Paris, L'Harmattan. Disponible à  la [http://biblio.teluq.ca/ Bibliotech@distance] à la Téluq en passant par l’Outil Découverte.
 +
 +
Phoungsub, M. (2013).Feedback entre les pairs lors d'une situation d'écriture socialisée sur le forum : un défi pour pousser les étudiants à produire des commentaires constructifs. In Dejean-Thircuir, C., Mangenot, F., Nissen, E., Soubrié, T. (2013, coord.)Actes du colloque Epal 2013 (Échanger pour apprendre en ligne),Université Grenoble Alpes, 6-8 juin 2013. Répéré à
 +
http://epal.u-grenoble3.fr/dossier/06_act/pdf/epal2013-phoungsub.pdf
  
 
Rao, S. P., et DiCarlo, S. E. (2000). Peer instruction improves performance on quizzes. ''Advances in Physiology Education, 24''(1), 51-55.
 
Rao, S. P., et DiCarlo, S. E. (2000). Peer instruction improves performance on quizzes. ''Advances in Physiology Education, 24''(1), 51-55.
Ligne 95 : Ligne 178 :
 
Roscoe, R. D., et Chi, M. T. (2007). Understanding tutor learning: Knowledge-building and knowledge-telling in peer tutors’ explanations and questions. ''Review of Educational Research, 77''(4), 534-574.
 
Roscoe, R. D., et Chi, M. T. (2007). Understanding tutor learning: Knowledge-building and knowledge-telling in peer tutors’ explanations and questions. ''Review of Educational Research, 77''(4), 534-574.
  
Roscoe, R. D., et Chi, M. T. (2008). Tutor learning: The role of explaining and responding to questions. ''Instructional Science, 36''(4), 321-350.
+
Sluijsmans, D., Dochy, F., & Moerkerke, G. (1998). Creating a learning environment by using self-, peer-and co-assessment. Learning environments research, 1(3), 293-319.  
 +
 
 +
Sluijsmans, D., Dochy, F., & Moerkerke, G. (1998). Creating a learning environment by using self-, peer-and co-assessment. ''Learning environments research, 1''(3), 293-319.  
  
 
Topping, K. J. (1996). The effectiveness of peer tutoring in further and higher education: A typology and review of the literature. ''Higher education, 32''(3), 321-345.
 
Topping, K. J. (1996). The effectiveness of peer tutoring in further and higher education: A typology and review of the literature. ''Higher education, 32''(3), 321-345.
Ligne 101 : Ligne 186 :
 
What Works Clearinghouse (2007). Peer Tutoring and Response Groups. ''What Works Clearinghouse Intervention Report''. En ligne http://www.eric.ed.gov/PDFS/ED499296.pdf  
 
What Works Clearinghouse (2007). Peer Tutoring and Response Groups. ''What Works Clearinghouse Intervention Report''. En ligne http://www.eric.ed.gov/PDFS/ED499296.pdf  
  
Wood, D., et Wood, H. (1996). Vygotsky, tutoring and learning. ''Oxford review of Education, 22''(1), 5-16. En ligne http://web.ebscohost.com.tlqprox.teluq.uquebec.ca/ehost/detail?sid=8361c99f-a3c9-46e3-a5bf-c984b12bea49%40sessionmgr15&vid=2&hid=24&bdata=Jmxhbmc9ZnImc2l0ZT1laG9zdC1saXZlJnNjb3BlPXNpdGU%3d#db=pbh&AN=9604232004  
+
Wood, D., et Wood, H. (1996). Vygotsky, tutoring and learning. ''Oxford review of Education, 22''(1), 5-16. En ligne http://web.ebscohost.com.tlqprox.teluq.uquebec.ca/ehost/detail?sid=8361c99f-a3c9-46e3-a5bf-c984b12bea49%40sessionmgr15&vid=2&hid=24&bdata=Jmxhbmc9ZnImc2l0ZT1laG9zdC1saXZlJnNjb3BlPXNpdGU%3d#db=pbh&AN=9604232004
 +
 
 +
== Veille informationnelle (ressources disponibles pour améliorer la fiche) ==
 +
 
 +
* Les conditions de l'efficacité de l'aide par les pairs. Dossier de CAPRES (Consortium d'animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur, Québec), Disponible en ligne : https://www.capres.ca/wp-content/uploads/2015/05/Version_finale_8_juin_2015.pdf
 +
 
 +
*''Se former à la relation d'aide par les pairs.'' Ressources, démarche et documents pédagogiques élaborés par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) en collaboration avec le cégep de Saint-Laurent. En ligne : http://tutorat.ccdmd.qc.ca/page/documents-pedagogiques
  
 +
* Tutorat par les pairs - Conférence prononcée par la professeure Cathia Papi lors du séminaire 10 ans de T@D, le portail de tutorat à distance, 24 octobre 2013 (voir aussi la référence bibliographique sur le livre de cette chercheure plus haut). Répéré à https://www.youtube.com/watch?v=CPQRgx-pJ18
  
== Webographie ==
 
 
* Vidéo en anglais recueillant des témoignages d’étudiants qui ont vécu la stratégie du tutorat par les pairs.  
 
* Vidéo en anglais recueillant des témoignages d’étudiants qui ont vécu la stratégie du tutorat par les pairs.  
:: BCITLibrary (2012). Peer tutor testimonials [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=934qUywUNX0  
+
::BCITLibrary (2012). Peer tutor testimonials [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=934qUywUNX0  
 
* Entrevue en anglais du Pr. Eric Mazur sur l’enseignement par les pairs et son expérience à l’université de cette stratégie.
 
* Entrevue en anglais du Pr. Eric Mazur sur l’enseignement par les pairs et son expérience à l’université de cette stratégie.
 
:: CockrumVideos (2013). Flipped Learning #53: Peer Instruction with Eric Mazur [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=PwHfM0jL2gY  
 
:: CockrumVideos (2013). Flipped Learning #53: Peer Instruction with Eric Mazur [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=PwHfM0jL2gY  
 
* Article en anglais intitulé « Using Peer Teaching in the Classroom» issu du site web Colorado State University présentant les différentes techniques de l’enseignement en classe par les pairs. Repéré à http://teaching.colostate.edu/tips/tip.cfm?tipid=180  
 
* Article en anglais intitulé « Using Peer Teaching in the Classroom» issu du site web Colorado State University présentant les différentes techniques de l’enseignement en classe par les pairs. Repéré à http://teaching.colostate.edu/tips/tip.cfm?tipid=180  
 +
 
* Vidéo en anglais présentée par le Pr. David Dye expliquant la stratégie de l’enseignement par les pairs et comment l’appliquer dans un cours.  
 
* Vidéo en anglais présentée par le Pr. David Dye expliquant la stratégie de l’enseignement par les pairs et comment l’appliquer dans un cours.  
 
:: David Dye (2012). 1.2 | MSE104 - What is Peer Instruction? [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=e9IT7BTBJgY  
 
:: David Dye (2012). 1.2 | MSE104 - What is Peer Instruction? [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=e9IT7BTBJgY  
 
* Ce document en français décrit une expérience de tutorat ainsi que ses bénéfices.  
 
* Ce document en français décrit une expérience de tutorat ainsi que ses bénéfices.  
:: Liatard, B. (2005). Une expérience de tutorat par les pairs. Non-Violence Actualité. Repéré à http://www.mediacteurs.com/tutorat%20NVA%20280.pdf
+
:: Liatard, B. (2005). Une expérience de tutorat par les pairs. Non-Violence Actualité. Repéré à https://en.calameo.com/books/00321364880934ff6470d
 
* Présentation Powerpoint en anglais contenant une explication du tutorat par les pairs, ainsi que des exemples de bonnes et mauvaises pratiques sous format vidéo.  
 
* Présentation Powerpoint en anglais contenant une explication du tutorat par les pairs, ainsi que des exemples de bonnes et mauvaises pratiques sous format vidéo.  
 
:: missllab (2012). Peer Tutor Training - Cochise College, Douglas campus 06/2012 [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=loLRrxSai18  
 
:: missllab (2012). Peer Tutor Training - Cochise College, Douglas campus 06/2012 [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=loLRrxSai18  
Ligne 123 : Ligne 215 :
 
:: UNILTV (2012). Eric Mazur - Catalyzing Learning Using Peer Instruction and Learning Catalytics (Workshop) [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=bdor83ZVgEc  
 
:: UNILTV (2012). Eric Mazur - Catalyzing Learning Using Peer Instruction and Learning Catalytics (Workshop) [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=bdor83ZVgEc  
 
* Article en français intitulé « Apprendre par les pairs: quand l'apprenant devient partenaire » issu du site web THOT CURSUS présentant l’apprentissage par les pairs. Repéré à http://cursus.edu/article/4146/apprendre-par-les-pairs-quand-apprenant/  
 
* Article en français intitulé « Apprendre par les pairs: quand l'apprenant devient partenaire » issu du site web THOT CURSUS présentant l’apprentissage par les pairs. Repéré à http://cursus.edu/article/4146/apprendre-par-les-pairs-quand-apprenant/  
 +
 
* Vidéo en anglais présentant la stratégie de l’enseignement par les pairs.   
 
* Vidéo en anglais présentant la stratégie de l’enseignement par les pairs.   
 
:: TurningTechCanada (2011). 3 Peer Instruction  [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=766gR4W9_Aw
 
:: TurningTechCanada (2011). 3 Peer Instruction  [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=766gR4W9_Aw
 +
 +
[[Catégorie:Toutes_les_fiches]]
  
 
[[Catégorie:Microstratégie]]
 
[[Catégorie:Microstratégie]]
[[Catégorie:À_compléter]]
 

Version actuelle datée du 4 avril 2022 à 17:05

Avertissement : cette fiche devrait être fusionnée avec la fiche [[Apprentissage assisté par les pairs]].

Appellation en anglais

Peer learning, peer tutoring, cross-aged tutoring, en fonction du type d’accompagnateur et de son degré d’intervention.

Résumé introductif

Le tutorat (enseignement par les pairs) consiste à jumeler un apprenant plus avancé dans un domaine à des apprenants moins avancés ou éprouvant des difficultés d'apprentissage.

Stratégies apparentées

Tutorat à distance, tutorat en ligne, tutorat enseignant-élève, tutorat apprenti-ainé.

Type de stratégie

Le tutorat par les pairs est une microstratégie.

Types des connaissances

Description

Conditions favorisant l’apprentissage

Il y a des facteurs qui facilitent le processus de tutorat, tout comme il y en a qui en sont de véritables freins. On pourrait citer entre autres éléments de compatibilité dans un processus de tutorat par les pairs, la proximité entre le tuteur et le tutoré. Le fait que les deux acteurs appartiennent à la même sphère et dont côtoyant le même environnement physique crée un sentiment de complicité entre les deux entités. La différence d’âge n’étant généralement pas très grande comme ce pourrait être le cas dans une situation de tutorat enseignant/élève, les échanges et les discussions sont plus détendus et le tutoré peut poser même des questions qu’il n’oserait pas dans une autre situation. Joan Gaustad (1993) résume cela en ces termes: « One-to-one tutoring has long been recognized as superior to group instruction, especially for students with special needs. Tutoring can adapt instruction to the learner's pace, learning style, and level of understanding. Feedback and correction are immediate. Basic misunderstandings can be quickly identified and corrected, practice provided, and more difficult material introduced as soon as the student is ready. » Comme obstacles au développement d’un processus de tutorat, on peut citer l’incompatibilité d’humeur entre les différents acteurs, les contraintes administratives comme par exemple l’affectation a cheque tuteur d’un cadre adéquat dans lequel il pourrait s’exercer. En France par exemple, le tutorat fait l’objet de vives critiques dans les milieux universitaires et scolaires, dans lesquels les tuteurs sont catalogués comme étant des « profs au rabais » (Bachelet, 2011). En dehors du Dowson College que j’ai cité plus haut comme exemple palpable de réussite de la méthode de tutorat par les pairs, on pourrait également en citer d’autres comme la Coca-Cola Value Youth Program (VYP) qui a été développé aux Etats-Unis par l’Association pour la Recherche du Développement Interculturel(IDRA), et dont le but était de donner des chances égales aux apprenants d’origine hispanique, qui constituent des populations à risque pour la communauté américaine. Pour ce faire, chaque élève en difficulté devait se faire assister par un tuteur sélectionné parmi les meilleurs élèves de chaque école où le programme devait se tenir, et à qui une brève formation a été donnée dans le but de les aider à mieux gérer la communication et les relations interpersonnelles avec leurs tutorés. Ces tuteurs devaient également bénéficier de la gratuité des frais de scolarité. Des exemples peuvent être cités à profusion.

Selon John Hattie, l’efficacité du tutorat par les pairs sur l’acquisition de connaissances chez l’apprenant est de 0,53, ce qui est considéré comme étant une influence relativement moyenne (Corwin, 2018).

Niveau d’expertise des apprenants

Le tutorat par les pairs ne concerne pas seulement les apprenants débutants dans un domaine précis. On peut rencontrer des situations dans lesquelles le besoin d’un tuteur pour un élève se fait ressentir dès les débuts de sa formation, tout comme un autre peut s’avérer indépendant en tout début et qu’en cours de formation, on éprouve la nécessité de lui allouer un tuteur, parce-que ses aptitudes à être autonome sont devenues insuffisantes. De toutes les façons, le rôle du tuteur sera celui de le rendre le plus autonome possible. Il convient de préciser que pour une bonne réussite d’un programme de tutorat, il faut d’abord évaluer le degré de difficulté des élèves concernés. Cette tâche incombe à l’enseignant même chargé de cet élève ou de la discipline concernée et non pas au tuteur, qui, ne l’oublions pas, est avant tout un autre élève. Lorsque le problème ou la difficulté d’un apprenant a été identifiée, le rôle du tuteur est de mettre un accent particulier sur cet élément. L’enseignant quant à lui joue le rôle de superviseur et doit s’assurer que l’évolution du tutoré est palpable. Dans le cas contraire, il doit revoir avec le tuteur ce qu’il y a lieu de faire pour atteindre les objectifs fixés. Il est également de bon ton de préciser que le tutorat est un programme par objectifs, dans lequel le tuteur doit remplir un cahier de charges en fonction des difficultés de l’élève. De façon plus concrète, si l’on a affaire à des élèves ayant des difficultés en français par exemple, on ne dira pas à un tuteur de lui venir en aide en français. Ce serait un tâche immense pour celui qui comme son tutoré est également un apprenant. L’enseignant se chargera d’abord d’identifier sur quel élément du français le tuteur doit travailler. Il s’agit ici d’un processus de segmentation de la difficulté, au point de ne se concentrer que sur l’élément même qui cause le problème, ceci permet d’apporter des réponses efficaces et plus efficientes.

Type de guidage

Dans une situation de tutorat par les pairs, on pourrait envisager deux types de guidages. Dans un premier temps, on assiste à une situation dans laquelle le tuteur est un ainé, c'est-à-dire un étudiant d’un palier supérieur à celui du tutoré. Dans ce cas, ce dernier se contente beaucoup plus d’écouter et de suivre le cheminement proposé par le tuteur, en faisant au besoin, des rapprochements avec la méthode utilisée par l’enseignant. Dans une autre situation, on peut avoir deux élèves de la même classe, mais dont l’un est le tuteur de l’autre. Dans ce cas, le cheminement est bien différent de la première situation, dans laquelle le tutoré joue plutôt un rôle plus passif. Ici, on assiste à un véritable échange entre les deux personnes d’apparence égale.

Dans la méthode de tutorat par les pairs, les élèves tuteurs fournissent une aide stratégique aux élèves qui éprouvent des difficultés légères d’apprentissage. Par exemple, dans une classe ordinaire qui intègre des élèves immigrants allophones et des apprenants en difficulté d’apprentissage, il va sans dire que ces derniers ne bénéficient pas du soutien linguistique de leurs parents. Ils ne maitrisent pas ou maitrisent moins le français. L’enseignant utilisera donc le « tutorat par les pairs » pour faciliter l’apprentissage de ses élèves et maximiser leur chance de réussir leur intégration scolaire et sociale. « Ce qui a surpris le plus, cependant, c’est le fait que cette stratégie comporte aussi des avantages pour les élèves tuteurs. Par exemple, plusieurs études recensées avaient permis de découvrir que des élèves faibles en lecture faisaient des progrès remarquables après avoir travaillé avec des élèves plus jeunes. Depuis, d’autres synthèses sur le sujet ont confirmé ces résultats. » (Monique Bournot-trites, Elisabeth Lee et Jérémie Séror, http://www. Erudit.org/revue/ RSE/2003/v29/n1/009498ar.html) Grâce à la méthode de tutorat par les pairs, les élèves se sont, non seulement, entraidés, mais aussi ils ont réussi à aider des enseignants à mieux comprendre le processus d’apprentissage relatif à la lecture. En effet, la relation entre tuteur et tutoré peut déboucher sur une magnifique expérience éducative. L’élève tuteur est quelqu’un dont l’attention est particulièrement portée sur l’élève avec qu’il travaille. Il s’assure que l’élève ne manque de rien pour acquérir et s’approprier les notions afin de progresser dans ses apprentissages. Les rayons d’action des tuteurs ont tendance à s’étendre de plus en plus, mais l’aide est au cœur de l’activité tutorale. Aider à apprendre, aider à maitriser (ou à se familiariser avec la langue du pays d’accueil), aider à s’intégrer dans une nouvelle culture, etc.

Type de regroupement des apprenants

Lors du tutorat par les pairs, il importe de "jumeler les élèves ayant un profil compatible", c'est à dire que la personnalité des apprenants doit être prise en compte, ainsi que leur style d'apprentissage, leur âge, leur niveau, leurs connaissances antérieures, etc. En effet, le côté affectif est à prendre en compte étant donné que chez les apprenants de tous âges le travail avec les pairs peut "engendrer des conflits lorsque les rôles et les tâches de chacun ne sont pas clairs ou mal compris" (Leroux et Paré, 2016). Lors du tutorat par les pairs, les dyades formées doivent être de niveaux de compétences hétérogènes afin qu'un élève soit considéré comme l'expert.

Dans un cours de français, durant le premier mois de l’école, l’enseignant choisira ses tuteurs en les jumelant aux tutorés selon le critère d’habiletés en lecture, clarté et vitesse de prononciation, etc. Nous partageons l’opinion de Cloward (1976 cité par Monique, Elisabeth et Jérémie, 2003) selon laquelle « il n’est pas nécessaire d’imposer un haut niveau académique et intellectuel pour la sélection des tuteurs ». Les critères concernant l’âge et le sexe différent ne constituent pas des inconvénients dans la formation des paires. Les enfants sont tous de la même classe (par exemple,3e année ou 4e année). Ils ont approximativement le même âge. Un camarade de 1 à 2 ans plus âgé peut avoir une bonne relation avec ses pairs. Par exemple, Au début de chaque leçon de français, l’enseignant expliquera l’activité de tutorat par les pairs. Il supervisera constamment le travail des tuteurs, et lorsqu’un tuteur et son élève terminent une séquence de l’activité, une évaluation informelle sera faite par l’enseignant pour déterminer si l’élève peut passer à la prochaine étape. C’est une façon efficace d’améliorer le niveau de lecture des élèves en difficulté. Une fois les mécanismes de lecture acquis, le processus d’apprentissage sera déterminant. Cette expérience aura des effets positifs sur les attitudes, la motivation des élèves envers la lecture et sur leur estime de soi. Les tuteurs seront jumelés aux tutorés en fonction de l’exactitude de leur lecture, de la clarté de la prononciation et de la vitesse de lecture. Mais cela ne veut pas dire que les tuteurs seront de bons ou d’excellents lecteurs. En outre, bien que certains enfants préfèrent travailler avec un partenaire du même sexe, la formation de groupes mixtes n’aurait pas d’effets négatifs sur les apprenants. La compétence relative entre le tuteur et son élève est plus importante que les facteurs liés au sexe et à l’âge des élèves ou aux autres caractéristiques des tuteurs. Cloward (1976 cité par Monique, Elisabeth et Jérémie, 2003) a pris soin d’observer, par rapport à l’apprentissage de la lecture, l’efficacité de bons lecteurs ou de lecteurs faibles recrutés comme tuteurs. Les premiers ne sont pas à l’origine de progrès plus importants chez les tutorés que les seconds. D’où la conclusion à laquelle aboutit l’auteur : « Il n’est pas nécessaire d’imposer un haut niveau académique et intellectuel pour la sélection des tuteurs ». Parce qu’un bon lecteur est moins bien placé pour comprendre les problèmes rencontrés par ce type de tutorés qu’un lecteur qui les a lui-même vécu. Étant « passé par là », le second dispose d’une expérience précieuse qui manque au premier. Telle est l’interprétation le plus couramment admise. En conséquence, lorsqu’il est question d’engager des tuteurs à l’intérieur d’une classe, le choix des meilleurs éléments n’est pas obligatoirement le plus judicieux. Bref, ce n’est pas l’âge ni l’expérience scolaire ni l’excellence scolaire qui constitueront le critère sur lequel le choix des tuteurs sera fait. C’est juste, par exemple, le niveau d’habileté en lecture qui sera pris en compte lors de la sélection des tuteurs dans un cours de français. Ceux-ci sont supposément détenteurs d’assez de compétences scolaires leur permettant d’apporter ce dont leurs tutorés ont besoin : aide, soutien, assistance, etc. Les tuteurs auront donc pour mission de familiariser les tutorés (élèves immigrants allophones intégrés dans la classe ordinaire) avec la nouvelle langue et de les aider à la maitriser. Ces enfants de minorités ethniques rencontrent des difficultés à cause de leur manque de maitrise du français. Ils seront alors pris en charge par des enfants confirmés pour des activités de lecture et échangeront progressivement dans la langue d’enseignement avec les tuteurs.

Milieu d’intervention

Le tutorat est une pratique que l’on observe de plus en plus dans tous les niveaux d’apprentissage, de la maternelle au milieu de travail, en passant par le secondaire et le supérieur. Dans des universités le principe de chargé de travaux dirigés est une forme de tutorat par les pairs.

Conseils pratiques et exemples d’utilisation

La réussite d’un processus de tutorat par les pairs ne dépend pas seulement des conditions citées plus haut dans ce travail, mais surtout d’ un suivi régulier des activités du tuteur et de son élève par une personne plus avisée, comme un enseignant qualifié dans une discipline par exemple. Cette stratégie permet d’éviter les égarements et surtout de donner raison à ceux-là qui disent du tutorat, voire du tuteur comme des « profs au rabais ».

Bibliographie

Corwin. (2018). 250 influences on student achievement. Repéré à https://www.visiblelearningplus.com/content/research-john-hattie

Deschênes, A-J. L’encadrement-programme aux etudes supérieures en formation à distance à la Télé-Université. Revue de l’éducation à diistance, 2001.

Fuchs, F., Fuchs, L, et all, (1997), Peer-Assisted Learning Strategies: Making classrooms more responsive to diversity. American Educational Research Journal, Vol.34, no.1, p.174-206.

Goupil, G. (1997). Les élèves en difficulté d’adaptation et d’apprentissage (2eédition). Boucherville, Qc : Gaëtan Morin.

King, W., Malcolm-Smith, S., Jaftha, J., Louw, J. et Tredoux, C. Aquasi-experimental comparison of spreadsheet- and classroom-based statistics tutorials. South Africaan Journal of Psychology, 43, University of Cape Town, South Africa, 2013.

Lisette Bernard. (2014). Notes du cours. Didactique du français langue première. Université de Montréal.

McGarr, O., Marie Clifford, A. ‘Just enough to make you take it seriously’: exploring students’ attitudes towards peer assessment. High Educ , 2013

MELS. 2006. Programme de formation de l’école québécoise. Version approuvée. Éducation préscolaire. Enseignement primaire. Québec : Gouvernement du Québec.

Monique Bournot-trites, Elisabeth Lee et Jérémie Séror. (2003). Revue des sciences de l’éducation, 20 (1), 195-210. http://id.erudit.org/id.erudit/009498ar

Pascale Lambert. (2010). Notes du cours. Certificat en enseignement du français langue seconde. Université du Québec à Outaouais.

Soucy, N., Duchesne, S. et Larose, S. Le tutorat maître-élève et le tutorat par les pairs: Deux mesures d’aide individualisée au collégial. Pédagogie collégiale, vol. 13, no 4, p. 11-37. -- N° Repère: A063967, mai 2000.

Teuscth, P., Bourdet, J.F., Gueye, O. Perception de la situation d’apprentissage par le tuteur en ligne. LIUM-CNRS FRE 2730, Laboratoire d’Informatique de l4université du Maine. Qvenue Olivier Messiaen, 72085 Le Mans cedex9, France, 2004.

T. Morgan, J. et Wakefield, C. Conversation? Examining Correlations of Clicker Question Correctness and Course Performance. Journal of College Science Teaching, University of Chicago, 2012.

Chamberland, G., Lavoie, L., & Marquis, D. (1995). 20 formules pédagogiques. Presses de l'Université du Québec,.

Webographie

Témoignages de Simon Rainville, professeur titulaire à la Faculté des sciences et de génie à l'Université Laval, et ses étudiants :
Service de soutien à l'enseignement (2021). [Vidéo en ligne]. Repéré à : https://www.enseigner.ulaval.ca/ressources-pedagogiques/vote-interactif-televoteurs-et-appareils-mobiles.

Bachelet, R. (2010). Le tutorat par les pairs : quels fondamentaux, quels dispositifs, quels résultats ?. De Boeck. Le tutorat par les pairs, De Boeck, pp.510, Pédagogies en développement. ffhalshs00600733f. Repéré à : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00600733/document.

Smidts, D., Braibant, J-M., Wouters, P., de Theux, M-N. Un outil audiovisuel pour former les tuteurs en pédagogie active [archive]. in Actes du 2ième colloque ENSIETA et ENST Bretagne, Brest, juin 2003.

  • Article en anglais intitulé « Using Peer Teaching in the Classroom» issu du site web Colorado State University présentant les différentes techniques de l’enseignement en classe par les pairs. Repéré à : http://teaching.colostate.edu/tips/tip.cfm?tipid=180.

Références bibliographiques

Bournot-Trites, M., Lee, E., et Séror, J. (2003). Tutorat par les pairs en lecture: une collaboration parents-école en milieu d’immersion française. Revue des sciences de l'éducation, 29(1), 195-210.

Bowman-Perrott, L., Davis, H., Vannest, K., Williams, L., Greenwood, C., et Parker, R. (2013). Academic Benefits of Peer Tutoring: A Meta-Analytic Review of Single-Case Research. School Psychology Review, 42(1), 39-55.

Charron, J. et Morin, M. (2019). Guide de mise en œuvre d’un projet de tutorat par les pairs. Centre étudiant de soutien à la réussite (CÉSAR, Université de Montréal. Repéré à : http://cesar.umontreal.ca/soutienauxfacultes/documents/CESAR_tutorat_par_les_pairs.pdf

Chi, M. T., Siler, S. A., Jeong, H., Yamauchi, T., et Hausmann, R. G. (2001). Learning from human tutoring. Cognitive Science, 25(4), 471-533

Cohen, P. A., Kulik, J. A. et Kulik, C.-L. C. (1982). Educational Outcomes of Tutoring : A Meta-Analysis of Findings. Dans Am Educ Res J. 19:237. Disponible à : http://aer.sagepub.com/content/19/2/237

Collectif. (2000). Le tutorat maître-élève et le tutorat par les pairs dossier thématique. Pédagogie collégiale, 13(4), 11-39. En ligne http://www.cdc.qc.ca/ped_coll/soucy_13_4.html

Cortright, R. N., Collins, H. L., et DiCarlo, S. E. (2005). Peer instruction enhanced meaningful learning: ability to solve novel problems. Advances in physiology education, 29(2), 107-111.

Crouch, C. H., et Mazur, E. (2001). Peer instruction: Ten years of experience and results. American Journal of Physics, 69, 970.

Crouch, C. H., Watkins, J., Fagen, A. P., et Mazur, E. (2007). Peer instruction: Engaging students one-on-one, all at once. Research-Based Reform of University Physics, 1(1), 40-95.

De Backer, L., Van Keer, H., et Valcke, M. (2012). Exploring the potential impact of reciprocal peer tutoring on higher education students’ metacognitive knowledge and regulation. Instructional Science, 40(3), 559-588.

Deschênes, A. J., Bégin-Langlois, L., Charlebois-Refae, N., Côté, R., et Rodet, J. (2007). Description d’un système d’encadrement par les pairs et de la formation des pairs anciens. The Journal of Distance Education/Revue de l'Éducation à Distance, 18(1), 19-41.

Duran, D., et Monereo, C. (2005). Styles and sequences of cooperative interaction in fixed and reciprocal peer tutoring. Learning and Instruction, 15(3), 179-199.

Dzubak, C. et York, P. S. (2009). Why Tutoring Matters: The interaction of a peer tutor and a tutee during scaffolding. Dans : Synergy, the online Journal of the Association for the Tutoring Profession, Vol. 2, April 2, 2009. Disponible à : http://www.myatp.org/wp-content/uploads/2012/06/Synergy-Vol-3-Dzubak.pdf

Evans, M. J., et Moore, J. S. (2013). Peer tutoring with the aid of the Internet. British Journal of Educational Technology, 44(1), 144-155.

Fulk, B. M., et King, K. (2001). Classwide peer tutoring at work. Teaching Exceptional Children, 34(2), 49-53.

Gagné, R. (2011). Le tutorat par les pairs, une approche gagnante tant pour les tuteurs que pour les aidés. Bulletin AMQ, 51(3), 37-43.

Galbraith, J., et Winterbottom, M. (2011). Peer‐tutoring: what’s in it for the tutor?. Educational Studies, 37(3), 321-332.

Gaustad, J. (1993). Peer and cross-age tutoring. ERIC Digest 79. En ligne https://scholarsbank.uoregon.edu/xmlui/bitstream/handle/1794/3300/digest079.pdf?sequence=1

Greenwood, C. (1997). Classwide peer tutoring. Behavior and Social Issues, 7(1).

Greenwood, C. R., et Delquadri, J. (1995). Classwide peer tutoring and the prevention of school failure. Preventing School Failure: Alternative Education for Children and Youth, 39(4), 21-25. En ligne http://web.ebscohost.com.tlqprox.teluq.uquebec.ca/ehost/detail?sid=450080ea-2e50-4d9b-a2ba-4d0612630c1d%40sessionmgr11&vid=2&hid=24&bdata=Jmxhbmc9ZnImc2l0ZT1laG9zdC1saXZlJnNjb3BlPXNpdGU%3d#db=a9h&AN=9510221091


King, A., Staffieri, A., et Adelgais, A. (1998). Mutual peer tutoring: Effects of structuring tutorial interaction to scaffold peer learning. Journal of Educational Psychology, 90(1), 134.

Lasry, N., Mazur, E., et Watkins, J. (2008). Peer instruction: From Harvard to the two-year college. American Journal of Physics, 76, 1066.

Lefebvre, S., et Deaudelin, C. (2001). Les interactions et la performance à l’écrit d’élèves du primaire dans une situation d’apprentissage avec les pairs soutenue par ordinateur. Revue des sciences de l'éducation, 27(3), 621-648.

Legendre, R. (1993) Dictionnaire actuel de l'éducation. Edition GuérinMontréal, 2e édition Lyttle, L. (2011). Do Peer Tutors Help Teach ESL Students to Learn English as a Second Language More Successfully?. En ligne http://files.eric.ed.gov/fulltext/ED518172.pdf

Leroux, M., & Paré, M. (2016). Mieux répondre aux besoins diversifiés de tous les élèves. Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Maheady, L., Mallette, B., et Harper, G. F. (2006). Four classwide peer tutoring models: Similarities, differences, and implications for research and practice. Reading & Writing Quarterly, 22(1), 65-89.

Mastropieri, M. A., Scruggs, T. E., Spencer, V., et Fontana, J. (2003). Promoting success in high school world history: Peer tutoring versus guided notes. Learning Disabilities Research & Practice, 18(1), 52-65.

Nicol, D. J., et Boyle, J. T. (2003). Peer instruction versus class-wide discussion in large classes: A comparison of two interaction methods in the wired classroom. Studies in Higher Education, 28(4), 457-473.

Papi, C. (2013). Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur, Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels. Paris, L'Harmattan. Disponible à la Bibliotech@distance à la Téluq en passant par l’Outil Découverte.

Phoungsub, M. (2013).Feedback entre les pairs lors d'une situation d'écriture socialisée sur le forum : un défi pour pousser les étudiants à produire des commentaires constructifs. In Dejean-Thircuir, C., Mangenot, F., Nissen, E., Soubrié, T. (2013, coord.)Actes du colloque Epal 2013 (Échanger pour apprendre en ligne),Université Grenoble Alpes, 6-8 juin 2013. Répéré à http://epal.u-grenoble3.fr/dossier/06_act/pdf/epal2013-phoungsub.pdf

Rao, S. P., et DiCarlo, S. E. (2000). Peer instruction improves performance on quizzes. Advances in Physiology Education, 24(1), 51-55.

Roscoe, R. D., et Chi, M. T. (2007). Understanding tutor learning: Knowledge-building and knowledge-telling in peer tutors’ explanations and questions. Review of Educational Research, 77(4), 534-574.

Sluijsmans, D., Dochy, F., & Moerkerke, G. (1998). Creating a learning environment by using self-, peer-and co-assessment. Learning environments research, 1(3), 293-319.

Sluijsmans, D., Dochy, F., & Moerkerke, G. (1998). Creating a learning environment by using self-, peer-and co-assessment. Learning environments research, 1(3), 293-319.

Topping, K. J. (1996). The effectiveness of peer tutoring in further and higher education: A typology and review of the literature. Higher education, 32(3), 321-345.

What Works Clearinghouse (2007). Peer Tutoring and Response Groups. What Works Clearinghouse Intervention Report. En ligne http://www.eric.ed.gov/PDFS/ED499296.pdf

Wood, D., et Wood, H. (1996). Vygotsky, tutoring and learning. Oxford review of Education, 22(1), 5-16. En ligne http://web.ebscohost.com.tlqprox.teluq.uquebec.ca/ehost/detail?sid=8361c99f-a3c9-46e3-a5bf-c984b12bea49%40sessionmgr15&vid=2&hid=24&bdata=Jmxhbmc9ZnImc2l0ZT1laG9zdC1saXZlJnNjb3BlPXNpdGU%3d#db=pbh&AN=9604232004

Veille informationnelle (ressources disponibles pour améliorer la fiche)

  • Se former à la relation d'aide par les pairs. Ressources, démarche et documents pédagogiques élaborés par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) en collaboration avec le cégep de Saint-Laurent. En ligne : http://tutorat.ccdmd.qc.ca/page/documents-pedagogiques
  • Tutorat par les pairs - Conférence prononcée par la professeure Cathia Papi lors du séminaire 10 ans de T@D, le portail de tutorat à distance, 24 octobre 2013 (voir aussi la référence bibliographique sur le livre de cette chercheure plus haut). Répéré à https://www.youtube.com/watch?v=CPQRgx-pJ18
  • Vidéo en anglais recueillant des témoignages d’étudiants qui ont vécu la stratégie du tutorat par les pairs.
BCITLibrary (2012). Peer tutor testimonials [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=934qUywUNX0
  • Entrevue en anglais du Pr. Eric Mazur sur l’enseignement par les pairs et son expérience à l’université de cette stratégie.
CockrumVideos (2013). Flipped Learning #53: Peer Instruction with Eric Mazur [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=PwHfM0jL2gY
  • Article en anglais intitulé « Using Peer Teaching in the Classroom» issu du site web Colorado State University présentant les différentes techniques de l’enseignement en classe par les pairs. Repéré à http://teaching.colostate.edu/tips/tip.cfm?tipid=180
  • Vidéo en anglais présentée par le Pr. David Dye expliquant la stratégie de l’enseignement par les pairs et comment l’appliquer dans un cours.
David Dye (2012). 1.2 | MSE104 - What is Peer Instruction? [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=e9IT7BTBJgY
  • Ce document en français décrit une expérience de tutorat ainsi que ses bénéfices.
Liatard, B. (2005). Une expérience de tutorat par les pairs. Non-Violence Actualité. Repéré à https://en.calameo.com/books/00321364880934ff6470d
  • Présentation Powerpoint en anglais contenant une explication du tutorat par les pairs, ainsi que des exemples de bonnes et mauvaises pratiques sous format vidéo.
missllab (2012). Peer Tutor Training - Cochise College, Douglas campus 06/2012 [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=loLRrxSai18
  • Cette vidéo en anglais présente deux scénarios : un des mauvaises pratiques et un autre des bonnes pratiques du tutorat entre pairs.
nooluoit (2011). The DOs and DONTs of Peer Tutoring [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=DvQ982Cw4uw
  • Vidéo en anglais où Cynthia Lee, chargée de cours, explique l’enseignement par les pairs à l’université et de quelle manière elle l’applique en cours.
UCSDACMS (2013). Peer Instruction - An Introduction [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=I_7L0tOl4v4
  • Atelier en anglais présenté par le Pr. Eric Mazur sur les différentes technologies pouvant être utilisées lors de la stratégie de l’enseignement par les pairs.
UNILTV (2012). Eric Mazur - Catalyzing Learning Using Peer Instruction and Learning Catalytics (Workshop) [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=bdor83ZVgEc
  • Vidéo en anglais présentant la stratégie de l’enseignement par les pairs.
TurningTechCanada (2011). 3 Peer Instruction [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.youtube.com/watch?v=766gR4W9_Aw