Différences entre versions de « Tutorat »

De Wiki-TEDia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
== Appellation en anglais==
 
== Appellation en anglais==
 
Le tutorat, comporte plusieurs appellations en anglais soit :
 
Le tutorat, comporte plusieurs appellations en anglais soit :
- Surrogate teaching, est la forme de tutorat la plus connue. Elle consiste à déléguer des responsabilités à des étudiants plus avancés dans un même domaine d'étude. (Briggs, S., 2013)
+
 
- Proctoring , le tutorat prend une forme plutôt individualisée, où l'aide est donnée à une seule personne. (Deschêmes, A.-J. & al., 2004)
+
- ''Surrogate teaching'', est la forme de tutorat la plus connue. Elle consiste à déléguer des responsabilités à des étudiants plus avancés dans un même domaine d'étude; (Briggs, S., 2013)
- Co-tutoring, certains auteurs l'appellent de l'aide réciproque. Le tuteur est à un moment donné un tutoré, et vice versa. (Deschêmes, A.-J. & al., 2004)
+
 
- Online tutoring ou teacherless groups, le tutorat repose ici sur l'autonomie des apprenants. Elle consiste à créer des groupes de discutions en l'absence du professeur mais avec des consignes préalablement prononcées par celui-ci.
+
- ''Proctoring'' , le tutorat prend une forme plutôt individualisée, où l'aide est donnée à une seule personne; (Deschêmes, A.-J. & al., 2004)
- peer learning, peer tutoring, cross-aged tutoring, etc.
+
 
 +
- ''Co-tutoring'', certains auteurs l'appellent de l'aide réciproque. Le tuteur est à un moment donné un tutoré, et vice versa; (Deschêmes, A.-J. & al., 2004)
 +
 
 +
- ''Online tutoring'' ou ''teacherless'' groups, le tutorat repose ici sur l'autonomie des apprenants. Elle consiste à créer des groupes de discutions en l'absence du professeur mais avec des consignes préalablement prononcées par celui-ci;
 +
 
 +
- ''peer learning, peer tutoring, cross-aged tutoring'', etc.
  
 
== Stratégies apparentées==
 
== Stratégies apparentées==

Version du 20 janvier 2015 à 16:08

Avancé


Appellation en anglais

Le tutorat, comporte plusieurs appellations en anglais soit :

- Surrogate teaching, est la forme de tutorat la plus connue. Elle consiste à déléguer des responsabilités à des étudiants plus avancés dans un même domaine d'étude; (Briggs, S., 2013)

- Proctoring , le tutorat prend une forme plutôt individualisée, où l'aide est donnée à une seule personne; (Deschêmes, A.-J. & al., 2004)

- Co-tutoring, certains auteurs l'appellent de l'aide réciproque. Le tuteur est à un moment donné un tutoré, et vice versa; (Deschêmes, A.-J. & al., 2004)

- Online tutoring ou teacherless groups, le tutorat repose ici sur l'autonomie des apprenants. Elle consiste à créer des groupes de discutions en l'absence du professeur mais avec des consignes préalablement prononcées par celui-ci;

- peer learning, peer tutoring, cross-aged tutoring, etc.

Stratégies apparentées

Le tutorat est, par définition, une relation formative entre un enseignant et un apprenant en apprentissage. Donc, nous pouvons dire que le tutorat à distance et le tutorat enseignant-apprenant en présentiel, tutorat par les pairs sont des stratégies pédagogiques qui s’apparentent à cette définition. Aujourd’hui, avec le développement des NTIC, il devient de plus en plus facile entre un tuteur et un apprenant de communiquer et d’échanger par rapport à un sujet donné ou un sujet d’étude, grâce au tutorat à distance et en ligne. Les échanges entre les acteurs se feront essentiellement en ligne soit par des courriels, soit par vidéoconférence, par Skype, ou toute autre forme de réseaux sociaux comme les blogues, les conférences télématiques, etc. Le tuteur sert alors de guide, de soutien et de conseiller auprès des apprenants dans la réalisation de leurs apprentissages. Il les aidera à atteindre un objectif d’apprentissage déterminé. Les apprenants, quant à eux devront acquérir les connaissances spécifiques dans ce qui leur est enseigné. Le tutorat enseignant-apprenant quant à lui se passe entre un enseignant et un ou plusieurs élèves ou apprenants, dans un domaine bien précis. Le tutorat permet donc d’avoir un encadrement socio-affectif et scolaire plus efficient. Car l’enseignant interagira avec l’élève dans le seul et unique but de lui fournir un soutien, une aide plus concrète ainsi qu’un encadrement plus personnalisé. Lorsque l’apprenant éprouve des difficultés sur certaines notions enseignées, le tuteur peut alors revenir sur celles-ci et amener l’apprenant à en concevoir une meilleure compréhension.

Type de stratégie

Microstratégie

Types des connaissances

Le tutorat est, depuis longtemps, une pratique répandue dans plusieurs domaines de la vie et ses stratégies ne se limitent pas seulement dans le milieu scolaire. Depuis longtemps, le tutorat est utilisé pour transmettre les connaissances entre génération. Autrefois, c’était les ainés qui agissaient comme tuteur envers les jeunes. Les jeunes copiaient les actes des ainés et les ainés les corrigeaient si nécessaire. Comme autrefois, le rôle du tuteur d’aujourd’hui est d’amener les tutorés à atteindre un but fixé et ainsi à construire des connaissances et des compétences. Il doit les guider vers l’autonomie en leur apprenant à auto-évaluer et à réguler leur activité. Dans le milieu scolaire, le tutorat est à l’ordre du jour et se retrouve dans toutes les disciplines enseignés. En effet, les matières enseignées ont chacune des caractéristiques propres, elles supposent des modes de raisonnement particuliers et des types d’appropriation distincts. (Baudrit, 1997, page 12) Inévitablement, dans chacune d’elles ont retrouvera des apprenants éprouvant des difficultés d’apprentissage qui auront besoin d’un tuteur pour diminuer leurs difficultés. Voici un exemple de tutorat offert aux apprenants en difficulté : 1.- Centre d’aide aux études – S.O.S. Études S.O.S. Études est un organisme qui s’adresse aux élèves du primaire, du secondaire, du collégial ainsi qu’aux étudiants adultes qui éprouvent des difficultés scolaires, des troubles d’apprentissage ou qui souhaitent simplement obtenir un soutien pour mieux cheminer dans leurs études. L’objectif premier est de rendre la réussite scolaire accessible à tous en offrant aux apprenants une gamme complète et diversifiée de services spécialisés ainsi que des programmes d’aide complémentaires au système scolaire actuel et ce, à un coût abordable. Leur équipe pédagogique travaille également en collaboration avec un regroupement d’intervenants multidisciplinaires, tels que des orthophonistes, des psychologues, des neuropsychologues et des ergothérapeutes, afin de contribuer à offrir à chaque élève le soutien global dont il a besoin pour cheminer vers l’atteinte de son plein potentiel. Depuis sa fondation en 1993, S.O.S. Études a connu une expansion très rapide. Ces services sont offerts dans les régions de l’Outaouais, de Montréal, de Laval et de Québec.

Description

Selon le dictionnaire de l’éducation de Legendre (1993, p. 1378), « le tuteur est un guide, un instructeur qui enseigne à une seule personne ou à un petit groupe d’élèves à la fois ; c’est un conseiller d’élèves » et il définit le tutorat comme étant « une intervention auprès d’une ou d’un élève ou d’un groupe d’élève visant son développement personnel et social […] en l’invitant à assumer ses responsabilités relativement à sa propre formation ». Donc, le tuteur servira de guide pour l’apprenant en difficulté. Sa guidance et son intervention aidera l’apprenant en difficulté à développer les trois types de savoirs soit le savoir, le savoir-faire et le savoir-être.

Conditions favorisant l’apprentissage

Selon Joan Gaustad (1992) le tutorat a longtemps été reconnu comme étant supérieur à l’enseignement de groupe, surtout pour les étudiants ayant des besoins spéciaux. En tutorat, l’enseignement est adapté au rythme de l’apprenant, à son style d’apprentissage et à son niveau de compréhension. Toutes ambigüités ou difficultés perçues par l’apprenant sont tout de suite identifiées et corrigées pour ainsi permettre une meilleure compréhension des notions enseignées. Les commentaires et la correction sont immédiats. Donc, avec les dire de Gaustad, on peut dire premièrement, que le tutorat favorise un enseignement plus individualisé, dans une relation adaptée de personne à personne (one-to-one), deuxièmement, que le tutorat permet aussi d’individualiser et de personnaliser les apprentissages - il permet de favoriser l’activité de l’apprenant, troisièmement, qu’il augmente de manière très importante le temps d’apprentissage et l’implication dans la tâche des apprenants; et pour finir qu’il vise également à développer l’autonomie chez les élèves.

Niveau d’expertise des apprenants

Le tutorat concerne tous les apprenants ayant des difficultés quelconques en cours de formation. Les besoins peuvent se faire ressentir en amont comme tout au long de la formation. C’est seulement lorsque l’enseignant s’aperçoit que l’apprenant éprouve des difficultés qui font obstacles à son cheminement que le tutorat sera profitable à celui-ci. Il convient de préciser que pour une bonne réussite d’un programme de tutorat, il faut d’abord que l’enseignant évalue le degré de difficulté de l’élève concerné. Lorsque le problème ou la difficulté est identifié, le tuteur aura comme rôle de guider l’apprenant pour résoudre la difficulté ou le problème. L’enseignant quant à lui jouera le rôle de superviseur et devra s’assurer que l’évolution du tutoré. Dans le cas contraire, il devra revoir avec le tuteur ce qu’il y a lieu de faire pour atteindre les objectifs fixés. Le tuteur doit se concentrer sur l’élément qui cause problème afin d’y apporter des réponses justes et efficaces. Si par exemple un apprenant à de la difficulté en mathématique, l’enseignant devra tout d’abord spécifier sur quel élément en mathématique le tuteur doit travailler avec l’apprenant en question.

Type de guidage

Le guidage se fait par un accompagnement pédagogique. Dans une situation de tutorat, le tuteur doit avoir une grande expertise sur la discipline qui occasionne une difficulté quelconque chez l’apprenant, son expertise doit être supérieure à celui du tutoré. Le tuteur aura comme objectif de guider le tutoré dans son cheminement, d’amener celui-ci vers une autonomie dans son apprentissage. Le tutoré, dans la plupart des cas, se contentera d’écouter et de suivre le cheminement proposé par le tuteur en faisant des rapprochements avec les méthodes utilisées en classe avec son enseignant.

Type de regroupement des apprenants

Dans un processus de tutorat en peut retrouver différents types de regroupement. On peut y retrouver des scénarios où les tuteurs seront assignés à des élèves de façon arbitraire ou être choisis en fonction de leurs affinités avec le/les apprenant(s) en difficulté(s). Lorsqu’on parle d’assignation arbitraire, l’apprenant en difficulté se voit assigner un tuteur sans le consentement de celui-ci. Selon Deschênes (2001), le tuteur devra jouer auprès de cet élève le rôle d’une personne ressource et de facilitateur en relations interpersonnelles. Il devra également être en mesure de créer un environnement de parité entre lui et son tutoré, de façon à l’encourager, à le stimuler, à le motiver, etc. Dans l’autre circonstance, où les tuteurs sont choisis en fonction de leurs affinités avec les élèves. Ceci permet d’éviter de perdre du temps en cherchant des moyens pour établir une relation de confiance entre les deux personnes. En connaissant préalablement l’étudiant en difficulté, il pourra immédiatement adapter ses interventions concernant ses besoins d’apprentissage.

Milieu d’intervention

Le tutorat est une pratique que l’on observe de plus en plus dans tous les niveaux d’apprentissage en milieu scolaire soit, de la maternelle, en passant par le secondaire jusqu’à l’université.


Conseils pratiques

La réussite d’un processus de tutorat dépend du suivi régulier des activités effectuées par le tuteur avec son élève avec l’enseignant de la discipline concernée. Cette stratégie permet d’éviter les égarements et corriger plus concrètement les difficultés du tutoré.

Ressources informationnelles utilisées dans la fiche

Ici figurent toutes les ressources informationnelles qui ont été lues et utilisées par les contributeurs successifs pour rédiger la fiche. Ces ressources ont être puisées dans celles qui ont été pré-déterminées ci-dessous, dans la section : Ressources informationnelles disponibles. Toutefois, chaque contributeur peut choisir d'utiliser d'autres ressources, du moment qu'elles sont pertinentes pour la thématique traitées, crédibles et présentent un contenu de qualité. Les références utilisées doivent être placées dans la bonne section : soit dans la bibliographie (articles, livres, chapitres) soit dans la webographie (ressources électroniques diverses, cependant les articles des revues électroniques ou des chapitres publiées en ligne doivent être placées dans la bibliographie).

Bibliographie

Baudrit, A. (1997); «L’efficacité du tutorat: un jeu subtil de plusieurs dimensions » ; chapitre 1 page 12 ; Récupéré du site http://superieur.deboeck.com/resource/extra/9782804155988/TUTO_-_Ch1.pdf

Deschênes, A-J (2001); « L’encadrement-programme aux études supérieures en formation à distance à la Télé-Université »; Revue de l’éducation à distance; Printemps 2003 Vol. 18, No 1, 19-41. Récupéré du site http://www.researchgate.net/.../54905cf80cf2d1800d86524a.pdf

Gaustad, J. (1992); «Tutoring for At-Risk Students. »; Oregon School Study Council, Eugene; Volume 36, number 3; Récupéré du site http://files.eric.ed.gov/fulltext/ED353642.pdf

Webographie

Legendre (1993); « le dictionnaire de l’éducation »; Mémoire online; récupéré du site http://www.memoireonline.com/03/08/996/m_role-tutorat-enseignement-en-ligne-licence-sciences-education-paris-VIII3.html

S.O.S Études (1993); « Spécialiste en difficultés scolaires et troubles d’apprentissages »; récupéré du site ttp://www.sosetudes.ca/index.php

Ressources informationnelles disponibles pour rédiger et améliorer la fiche

Ici figurent les références sélectionnées sur la stratégie dont traite la fiche et, éventuellement, des sujets plus généraux mais liés de près à la thématique de la fiche. Si vous utilisez ces ressources pour rédiger votre contribution, vous devez les citer dans votre texte et, de plus, les déplacer dans la section " Ressources informationnelles utilisées". Vous pouvez aussi, comme tout autre contributeur au Wiki-TEDia, ajouter ici toutes les ressources informationnelles que vous connaissez, que vous avez trouvées sur le web ou en lisant d'autres écrits, même si vous les utilisez pas. Cette section fait donc office de veille sur la thématique couverte par la fiche.

Veillez à placer les ressources proposées dans la bonne section : soit dans la bibliographie (articles, livres, chapitres) ou dans la webographie (ressources électroniques diverses, cependant les articles des revues électroniques ou des chapitres publiées en ligne doivent être placées dans la bibliographie).

Bibliographie

Dans cette section figurent les articles des revues (y compris les revues en ligne, les livres ou les chapitres de livres (y compris ceux qui sont disponibles en ligne). L'hyperlien peut être indiqué si possible. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour ce faire, utilisez le guide suivant : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uqam.ca/~mcouture/apa/Auteurs.htm

Annoot, E. (2001). Le tutorat ou «le temps suspendu». Revue des sciences de l'éducation, 27(2), 383-402.

Baudrit, A. (2007). Le tutorat : richesses d'une méthode pédagogique. Bruxelles, Belgique : De Boeck.

Chi, M.T.H., Siler, S. & Jeong, H. (2004). Can tutors monitor students' understanding accurately ? Cognition & Instruction, 22, 363-387.

Chi, M. T. H., Roy, M., et Hausmann, R. G. M. (2008). Observing Tutorial Dialogues Collaboratively: Insights About Human Tutoring Effectiveness From Vicarious Learning. Cognitive Science, 32(2), 301-431.

Cohen, P. A., Kulik, J. A. et Kulik, C.-L. C. (1982). Educational Outcomes of Tutoring : A Meta-Analysis of Findings. Dans Am Educ Res J. 19:237. Disponible à : http://aer.sagepub.com/content/19/2/237

Collectif. (2000). Le tutorat maître-élève et le tutorat par les pairs dossier thématique. Pédagogie collégiale, 13(4), 11-39.

Hendriksen, S. I., Yang, L., Love, B., et Hall, M. C. (2005). Assessing Academic Support: The Effects of Tutoring on Student Learning Outcomes. Journal of College Reading and Learning, 35(2), 56-65.

Olry-Louis, I. (2009). Les activités communicatives des tuteurs en psychologie du développement et en pratiques à l'université. Recherche et formation, 62, 77-90.

Roscoe, R. D., et Chi, M. T. (2008). Tutor learning: The role of explaining and responding to questions. Instructional Science, 36(4), 321-350.

Webographie

Dans cette section figurent des ressources informationnelles complémentaires disponibles sur le web. L'hyperlien doit être indiqué, de même que la date de consultation. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour cela, utilisez le guide du professeur Couture, notamment cette section du guide en ligne : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uqam.ca/~mcouture/apa/docsweb.htm