Discussion:Rappel libre

De Wiki-TEDia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The printable version is no longer supported and may have rendering errors. Please update your browser bookmarks and please use the default browser print function instead.

'

Évaluation globale

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST) Bonjour Catherine, vous avez fait un excellent travail de rédaction de ce contenu à partir de sources diversifiées, fiables, et, il faut l'admettre, pas toujours faciles à comprendre pour une personne novice dans ce domaine, qui s'appuie énormément sur les théories cognitivistes de la mémoire. Un très grand bravo d'avoir rendu ce riche contenu accessible aux lecteurs francophones de Wiki-TEDIa ! Je comprends que vous avez ressenti le besoin de décrire le modèle cognitiviste de la mémoire dans la section " Description" en traitant des "concepts préalables" (les différents types de mémoire et les processus de mémorisation et de rappel). En effet, ceux-ci sont nécessaires pour comprendre le "pourquoi" et le "comment" de la stratégie du rappel libre et de ses "cousins"... et il se trouve que je suis justement en train de concevoir un nouveau cours, qui portera précisément sur les théories cognitives de l'apprentissage et leur lien avec les stratégies de formation ;-) Vous avez donc très bien situé le besoin de disposer de ces connaissances en tant que préalables pour comprendre la description qui suit. Cependant, ce contenu, de même que le paragraphe sur Ebbinghaus (et des origines de la recherche scientifique sur la mémorisation) dépasse le format prévu pour une fiche de stratégie, telle que prévue dans la Banque de stratégie. Je vous propose donc de déplacer ce contenu dans la page de discussion, en créant une section spéciale "Concepts préalables". En effet, il serait dommage de le supprimer complètement du wiki, car il peut aider les lecteurs à comprendre ces aspects en attendant l'enrichissement prochain de Wiki-TEDia avec "l'approche cognitive de l'apprentissage".

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)Considérant la qualité de la fiche, j'ai modifié son statut en "Avancée". Les commentaires ci-dessous permettront d'améliorer encore la qualité de cette fiche et constituent surtout un appel aux futurs contributeurs ou contributrices !


C.Bolduc (discussion) 3 janvier 2021 à 07:10 (EST)Et490713

Madame Pudleko, je vous remercie pour vos commentaires constructifs. Comme suggéré, j'ai ajouté dans la page Discussion une section que j'ai nommée Concepts préalables et où j'y ai ajouté la partie sur la mémoire et sur l'historique.

Commentaires détaillées par section

Appellation en anglais

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)En anglais, il est question de "test-enhanced learning" et non pas "test enhancing learning".


C.Bolduc (discussion) 3 janvier 2021 à 07:12 (EST)Et490713

Correction effectuée

Stratégies apparentées

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)Le contenu de cette section confirme qu'une nouvelle section intitulée "résumé" serait effectivement une excellente chose (voir discussion dans Actualités) et nouveau "Projet" dans la section "Projets Wiki-TEDIa". Je vous propose donc de déménager le premier paragraphe dans la nouvelle section "résumé", qui précéderait "stratégies apparentées". Il faudrait peut-être reformuler quelque peu ce "résumé".

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)Les stratégies apparentées sont pertinentes. Certaines de ces stratégies sont déjà décrites dans la Banque, il faudrait donc les "wikifier" avec des hyperliens appropriés vers auto-explication et résumé.

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)En ce qui concerne les autres stratégies, il est possible de décider qu'on devrait les décrire dans la Banque de stratégies, en créant un hyperlien vers une page à compléter, du moment que l'on estime qu'il y a suffisamment de sources d'information fiables pour décrire cette stratégie (par ex. "interrogation élaborative").

Type de stratégie

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)La stratégie est bien catégorisée en "microstratégie".

Type de connaissances

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)Bonne description des types de connaissances ciblées, y compris en ce qui concerne les connaissances métacognitives. En ce qui concerne les apprentissages des connaissances conceptuelles complexes, plusieurs études indiquent que le rappel libre favorise leur apprentissage et même le transfert (par ex. Roediger III & Karpicke, 2006 ou Karpicke et Blunt, 2011; Pan et Rickard, 2018)).

Description

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)Je propose débuter cette section à partir de "Le rappel libre est une composante de..." et transférer le contenu précédent (concepts préalables) dans la page Discussion. Il serait utile aussi d'analyser la pertinence de transférer une partie de la description portant sur les résultats des recherches dans la section "Conditions d'apprentissage" (quels sont les processus d'apprentissage sollicités dans la pratique de cette stratégie et dans quelles conditions certains processus sont plus bénéfiques que d'autres).


C.Bolduc (discussion) 3 janvier 2021 à 07:16 (EST)Et490713

J'ai créé une section Discussion dans laquelle j'ai inséré la partie sur les concepts préalables.

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)La description devrait préciser la relation entre le rappel libre comme stratégie d'apprentissage et le rappel comme stratégie d'évaluation. Plusieurs auteurs ont proposé, pour mieux distinguer les deux, d'utiliser le terme "retrieval-enhanced learning" au lieu de "test-enhanced learning" (voir par ex. Karpicke et Grimaldi, 2012). Pour ce faire, il serait utile de préciser ce que c'est que "testing effect"... (Avis aux futurs contributeurs ou contributrices !).

Conditions favorisant l’apprentissage

Niveau d’expertise des apprenants

Type de guidage

Type de regroupement des apprenants

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)Est-ce qu'on peut considérer que cette stratégie est principalement "individuelle" ?

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST) Peut-on considérer que les "Questions" (de l'apprenant ou de l'enseignant) sont une "stratégie apparentée" ?

Milieu d’intervention

Conseils pratiques

Bibliographie et webographie

Il vaut mieux faire directement dans le texte de la fiche (à l'endroit approprié) les actions suivantes concernant les références

  • suppressions,
  • ajouts,
  • corrections (italiques, orthographe, style APA...),
  • déplacements (dans les autres sections des références).


Veille informationnelle

--Béatrice Pudelko (discussion) 31 décembre 2020 à 13:45 (EST)J'ai ajouté les références mentionnées plus haut, dans la section Veille.

Concepts préalables

Mémoire et processus impliqués dans le rappel libre

La mémoire est essentielle notamment pour raisonner, comprendre, emmagasiner des informations, apprendre, etc., et est composée de trois modèles de base :

– La mémoire sensorielle : elle reçoit de façon très brève (maximum une seconde) de l’information perçue par les sens. Si elle peut parfois être considérée comme faisant partie de la perception, elle est cependant essentielle pour amener l’information dans la mémoire à court terme (Le cerveau à tous les niveaux - Mémoire et apprentissage, s.d).

– La mémoire à court terme (et mémoire de travail, une extension) : elle accueille de façon temporaire (de quelques secondes à une minute environ) de l’information en cours de traitement. Ainsi, une personne qui lit un numéro de téléphone sur un papier fera appel à sa mémoire à court terme pour se rappeler ensuite les chiffres à composer sur le clavier de son téléphone (Meilleur, 2018).

– La mémoire à long terme : elle représente un « réservoir » d’informations récentes (encore fragiles) et plus anciennes (consolidées) stockées sur une période de quelques heures à toute une vie. On peut illustrer le fonctionnement de cette mémoire à l’aide d’un processus en trois temps :

  • L’encodage : l’information est traitée par les cinq sens pour être mise en mémoire. Autrement dit, on donne du sens à l’idée en l’associant à ses caractéristiques ou à son contexte. Par exemple, « poil », « doux », « animal », « félin », « domestique » pourraient servir à encoder le mot « chat ». Par contre, même encodée, une information peut être oubliée ;
  • Le stockage ou la consolidation : l’information qui a été suffisamment répétée dans le cerveau et associée à des connaissances antérieures est apprise et demeure dans la mémoire (il est tout de même possible de l’oublier) ;
  • Le rappel ou la récupération : l’information est extraite de la mémoire au moment nécessaire. Ainsi, à partir du sens donné à un mot/concept lors de l’encodage, l’information est reconnue ou rappelée de façon consciente ou non, à l’aide d’indices ou non. Dans ce dernier cas, on parle de « rappel libre ». L’activation pour rappeler une information est plus difficile que pour la reconnaissance, car cela implique l’activité de l’ensemble du réseau neuronal relié au souvenir recherché (McGill mémoire sensorielle court et long terme, s.d. ; Meilleur, 2018).

À l'origine du rappel libre, on retrouve la retained members method, ainsi nommée par Hermann Ebbinghaus, un philosophe allemand (1850-1909), qui ne l'a pourtant pas utilisée. Cette méthode d'étude de la mémoire élaborée vers la fin du 19e siècle consistait à présenter à un sujet, de façon successive ou simultanée, à une ou plusieurs reprises, un ensemble d'éléments (objets, photos d'objets, mots, formes géographiques, etc.) pour ensuite l'inviter à se rappeler du plus grand nombre d'éléments. Plus précisément, elle s'intéressait particulièrement à la rétention et à l'oubli d'items par l'humain. En raison de cette orientation, elle aurait éventuellement été délaissée pour des méthodes qui étudiaient plutôt l'acquisition et la rétention des associations entre les items présentés, comme le favorisait Ebbinghaus. Cela dit, la retained members method a tranquillement fait un retour au cours de la première moitié du 20e siècle pour ensuite être renommée «rappel libre » et définie comme «A test sensitive to intermediate degrees of association strength» (Postman, Adams et Phillips, 1955, cité dans Tulving, 1968). Le développement de cette méthode d'étude de la mémoire a notamment été favorisé par son utilisation par des psychologues pour étudier l'organisation mentale et les association pré-existantes de l'humain ainsi que par le fait que l'apprentissage a été séparé en deux phases: la phase d'apprentissage de la réponse et la phase de l'association. Sur ce dernier point, le rappel libre s'est naturellement imposé comme moyen d'étudier l'étape de l'apprentissage de la réponse. Enfin, l'interêt grandissant pour l'étude de l'apprentissage du langage et de la mémoire a contribué à ce que le rappel libre soit utilisé pour étudier une variété de problématiques (Tulving, 1968).