Contrat d'apprentissage : Différence entre versions

De Wiki-TEDia
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{Encadré|'''En rédaction'''}}
+
{{Encadré|'''Ébauche'''}}
 
__FORCETOC__
 
__FORCETOC__
  
Ligne 108 : Ligne 108 :
 
[[Catégorie:Microstratégie]]
 
[[Catégorie:Microstratégie]]
 
[[Catégorie:Modèle]]
 
[[Catégorie:Modèle]]
 +
[[Catégorie:En_rédaction]]
 
[[Catégorie:Toutes_les_fiches]]
 
[[Catégorie:Toutes_les_fiches]]
[[Catégorie:À_compléter]]
 

Version du 7 octobre 2016 à 10:40

Ébauche


1. Appellation en anglais (LEARNING CONTRACT-Dalton Plan)

On réfère généralement à l'approche dite par contrat d'apprentissage ou apprentissage par contrat sous Learning Contract ; la désignation est d'origine américaine. Toutefois, cette désignation n'est pas très connue et n'a pas été mise en évidence très souvent dans la littérature. Cette stratégie du contrat d'apprentissage s'inscrit dans une écologie de l'enseignement plus large qui constituait, à l'époque de sa formulation, une réorganisation, sinon une réforme didactique plus connue sous Dalton Plan (plan Dalton) dans le premier quart du XXe siècle (1922).

2. Stratégies apparentées


Évolutions de l'idée originale mise en oeuvre à titre d'expérimentation

2.1 Avant de devenir une stratégie multiforme, et non plus un système d'organisation comme on le verra, il importe se savoir que l'approche par contrat d'apprentissage s'est maintenue ici et là, à titre de système au primaire, de façon plus ou moins marginale, autant en milieu scolaire privé (États-Unis, Pays-Bas, ...) que dans certaines administrations publiques (France) aux fins de l'employabilité.

2.2 Une expérimentation de la stratégie-contrat strictement comme approche pédagogique (et non pas comme un système englobant) fut mise en œuvre dans les années 1970 pour accompagner les méthodes audiovisuelles récemment introduites à l'université. L'expérience tentait « d'obvier à la passivité rencontrée dans certains cours dits magistraux » et à « dispenser l'enseignement soit par un audio-tutorat, soit par un film ou par toute autre technique » dans le but d'impliquer davantage les étudiants dans leur apprentissage, à titre d'étude « presque individualisée ». La formule s'adressait à des étudiants-maîtres (spécialisés dans l'enseignement des sciences au secondaire). Dans le cadre de cette stratégie-contrat, les étudiants devaient signer « une formule dans laquelle ils spécifient d'abord la note convoitée … [cette note] devient une jauge personnelle d'auto-évaluation par laquelle notre étudiant-maître doit prendre une décision irrévocable, un engagement à respecter » (Demers 1978:30).
Certaines failles ont rapidement fait surface dans cette stratégie, dont (i) la possibilité de hausser la note à obtenir, mais l'interdiction de la réduire en cas de difficulté ; mais malheureusement (ii) « avec le contrat on ne peut échouer. Il faut plutôt démissionner ». Apparemment les tenants de cette approche n'ont pas réussi à « trouver un moyen de simplifier le code des règlements codifiés du contrat » de sorte que la mise en œuvre de la stratégie-contrat (contract teaching) entre l'enseignant et l'étudiant n'a pas obtenu le succès escompté ; cette approche d'une relation contractuelle entre l'institution et les apprenants est quand même profondément imbriquée la théorie didactique générale, mais dans la forme implicite du contrat didactique.

2.3 Contemporainement en France (janvier 2015), l'expression contrat d'apprentissage entend allier théorie de la formation et pratique professionnelle (à titre d'apprenti) dans le but d'entrer sur le marché du travail ou de s'y réinsérer. La pratique de la formation en emploi, sous gestion de l'État et des entreprises, est programmée en fonction d'objectifs pédagogiques prédéterminés avec des moyens d'encadrement, un suivi et des évaluations. Le programme débouche sur la validation des acquis expérientiels pour l'obtention d'un diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle.

Au sommaire, deux points à retenir ici sur le plan des stratégies pédagogiques :
(i) la formule didactique du contrat d'apprentissage au primaire devait s'appliquer aux Mathématiques, à l'Histoire, la Science, les Langues (L1 et langues étrangères), et la Géographie ;
(ii) on tentait d'introduire ainsi la notion de l'enseignement individualisé ou de l'apprentissage individualisé, une caractéristique historique des programmes de formation en emploi et d'accès au marché du travail (compagnons, apprentis, etc.).

Identifier les stratégies similaires, notamment en ce qui concerne les domaines d’apprentissage et les conditions d’apprentissage visées. Préciser, au besoin, les similitudes et les différences. Identifier les synonymes s’il y a lieu.

Types de stratégies

L'approche dite par contrat d'apprentissage selon le plan Dalton s'inscrit dans ce que l'on désignerait aujourd'hui sous macrostratégie ou modèle. Mais à l'origine, il s'agissait d'une tentative de réforme didactique par la base visant la totalité du système d'éducation primaire, c'est-à-dire un « système pédagogique fondé sur un travail scolaire individualisé d'après la méthode conçue en 1905 par Helen Parkhurst et expérimentée en 1920 à Dalton (Massachussets) » (notice Rameau-ABES).

La contrat d'apprentissage selon le plan Dalton intéresse trois approches principales qui sont aujourd'hui devenues des principes pédagogiques souvent invoqués (enseignement individualisé, tutorat, méthodes actives). Ces trois approches se divisent elles-mêmes en plusieurs stratégies d'application dont quelques-unes figurent dans la banque de stratégies pédagogiques à caractère cognitif.

On a rassemblé dans une carte cognitive ici les stratégies d'organisation associées ou liées à l'enseignement individualisé : ce sont l'enseignement non-directif, l'autoformation, la pédagogie de la maîtrise, le CONTRAT PÉDAGOGIQUE, le travail autonome (en éducation), les écoles à aires ouvertes, l'éducation ouverte, et les cours particuliers [RÉF. http://www.idref.fr/027491552]

Il va de soi que le principe de l'enseignement individualisé peut demander des ajustements susceptibles d'influencer les stratégies des différents acteurs de l'enseignement-apprentissage, incluant l'établissement et le personnel de soutien selon l'importance que l'on accorde à l'une ou l'autre stratégie. Ainsi, toujours en lien avec le contrat d'apprentissage, autour des approches impliquant le tutorat et les tuteurs en éducation, on a élaboré les stratégies suivantes (voir la carte) : l'accompagnement individuel, la méthode des projets en enseignement, la méthode de Bell et Lancaster (enseignement mutuel ou monitorat - aujourd'hui apprentissage par les pairs), le PLAN DALTON, le tutorat entre pairs, la notion des relations maître-élève, et le soutien scolaire. [RÉF. http://www.idref.fr/027553086]

Finalement, ce sont peut-être les approches autour des méthodes actives qui ont retenu l'attention des chercheurs, en particulier avec l'introduction des technologies médiatiques et éducatives à tous les ordres d'enseignement (voir la carte) dont voici un échantillon : activités dirigées, méthodes expérimentales d'enseignement alternatif, méthodes actives, activités eN bibliothèque, classes de découverte, méthode Decroly (centres d'intérêt, enfants en difficulté), éducation de la première enfance et primaire (méthodes actives), éducation fonctionnelle, méthode des enquêtes, méthode des projets, enseignement mutuel, didactique Freinet, méthode Montessori, pédagogie institutionnelle (Oury), presse et éducation, travail autonome (éducation), et pédagogie. [RÉF. http://www.idref.fr/027288714]

...  

Déterminer si la stratégie est une microstratégie ou une macrostratégie ou les deux.

Types de connaissances

Dans sa version initiale au début du XXe siècle - et cela justifie que le plan Dalton ou contrat d'apprentissage ait été une tentative de réforme - on avait élaboré cette formule didactique pour l'enseignement-apprentissage des Mathématiques, de l'Histoire, de la Science, des Langues (L1 et langues étrangères), et de la Géographie (Parkhurst 1922:35).

Description

Décrire la démarche d’enseignement-apprentissage proposée par la stratégie, notamment : la problématique et les origines de conception de cette stratégie, ses principales étapes, les conditions de la mise en œuvre, les médias qui peuvent être utilisés pour supporter la stratégie.

Conditions favorisant l’apprentissage

Identifier, expliquer et justifier les conditions d’apprentissage que la stratégie vise à favoriser. Décrire quelle est la preuve empirique de l’efficacité de la stratégie.

Niveau d’expertise des apprenants

Identifier si la stratégie est adaptée aux apprenants débutants, intermédiaires ou novices dans un domaine. Décrire comment la stratégie prend en considération le niveau des connaissances des apprenants dans le domaine ciblé. Donner des exemples.

Type de guidage

Décrire quel est le type de guidage et de support offert par la stratégie. Faire les liens avec le niveau d’expertise des apprenants en décrivant comment et pourquoi le type offert est censé favoriser l’apprentissage de ces apprenants.

Type de regroupement des apprenants

Décrire le type de regroupement préconisé par la stratégie et comment on peut le réaliser. Donner des exemples.

Milieu d’intervention

Décrire dans quel milieu éducatif la stratégie a été utilisée. Donner des exemples.

Conseils pratiques

Dans la mesure du possible, fournir des conseils, des « trucs » ou des « astuces » en lien avec des exemples issus de la pratique « réelle » de cette stratégie.

Ressources informationnelles utilisées dans la fiche

Ici figurent toutes les ressources informationnelles qui ont été lues et utilisées par les contributeurs successifs pour rédiger la fiche. Ces ressources ont être puisées dans celles qui ont été prédéterminées ci-dessous, dans la section : Ressources informationnelles disponibles. Toutefois, chaque contributeur peut choisir d'utiliser d'autres ressources, du moment qu'elles sont pertinentes pour la thématique traitée, crédibles et présentant un contenu de qualité.

Les références utilisées doivent être placées dans la bonne section : soit dans la bibliographie (articles, livres, chapitres) soit dans la webographie (ressources électroniques diverses, cependant les articles des revues électroniques ou des chapitres publiés en ligne doivent être placés dans la bibliographie).

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Aiken, J.H., Koplow, D.A., Lerman, L.G., Ogilvy, J.P. & Schrag, P.G. (1985). The Learning Contract in Legal Education, 44 Maryland Law Review 1047. CUA Law Scholarship Repository

Bedford, C. M., Balabuck, M. J., et Hunt, D. (1972). Contract teaching in introductory educational psychology. Saskatchewan Journal of Educational Research and Development, 3 (1).

Dewey, E. (1922). The Dalton laboratory plan. New York: E.P. Dutton Co. Internet Archive (consulté 2015-02-02)

Parkhurst, H. (1922). Education on the Dalton Plan. New York: E. P. Dutton and Co. Internet Archive (consulté 2015-02-02)

van der Ploeg, P. (2014). The salient history of Dalton education in the Netherlands. History of Education, Vol. 43, Iss. 3, p.368-386. [1]

Webographie


Plan Dalton. Notice d'autorité RAMEAU. Agence bibliographique de l'enseignement supérieur-ABES. http://www.idref.fr/143046802 (consulté 2015-02-11)

The Dalton School. Philosophy. Overview. http://www.dalton.org/podium/default.aspx?t=153778 (consulté 2015-02-02)

Ressources informationnelles disponibles pour rédiger et améliorer la fiche

Ici figurent les références sélectionnées sur la stratégie dont traite la fiche et, éventuellement, des sujets plus généraux, mais liés de près à la thématique de la fiche. Si vous utilisez ces ressources pour rédiger votre contribution, vous devez les citer dans votre texte et, de plus, les déplacer dans la section " Ressources informationnelles utilisées". Vous pouvez aussi, comme tout autre contributeur au Wiki-TEDia, ajouter ici toutes les ressources informationnelles que vous connaissez, que vous avez trouvées sur le web ou en lisant d'autres écrits, même si vous ne les utilisez pas. Cette section fait donc office de veille sur la thématique couverte par la fiche.

Veillez à placer les ressources proposées dans la bonne section : soit dans la bibliographie (articles, livres, chapitres) ou dans la webographie (ressources électroniques diverses, cependant les articles des revues électroniques ou des chapitres publiés en ligne doivent être placés dans la bibliographie).

Bibliographie

Placez dans cette section les articles des revues (y compris les revues en ligne, les livres ou les chapitres de livres (y compris ceux qui sont disponibles en ligne). Indiquez l'hyperlien si possible. Citez vos ressources selon les normes APA. Pour ce faire, utilisez le guide suivant : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uqam.ca/~mcouture/apa/Auteurs.htm


Webographie

Dans cette section figurent des ressources informationnelles complémentaires disponibles sur le web. L'hyperlien doit être indiqué, de même que la date de consultation. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour cela, utilisez le guide du professeur Couture, notamment cette section du guide en ligne : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uqam.ca/~mcouture/apa/docsweb.htm

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Outils
Assistance
Imprimer / exporter