Modelage : Différence entre versions

De Wiki-TEDia
Aller à : navigation, rechercher
m (Stratégies apparentées)
(Types de connaissances)
Ligne 23 : Ligne 23 :
 
L’acquisition de [[connaissances procédurales]]  chez l’apprenant est la principale visée du modelage.  Fournier et Cartier (2011) citent plusieurs études recensées où le modelage a été utilisé pour l'enseignement de stratégies d'organisation (Boon, Fore, Ayres et Spencer, 2005), l'enseignement de stratégies d'élaboration (Gerstern, Fuchs, William et Baker, 2001) et l'enseignement de stratégies de sélection (Wilder et Williams, 2001). Gauthier, Bissonnette et Richard (2007) suggèrent que les domaines nécessitant l'utilisation d'une variété de stratégies sont bien servis par le modelage, comme les mathématiques, le français, les sciences et l'histoire.   
 
L’acquisition de [[connaissances procédurales]]  chez l’apprenant est la principale visée du modelage.  Fournier et Cartier (2011) citent plusieurs études recensées où le modelage a été utilisé pour l'enseignement de stratégies d'organisation (Boon, Fore, Ayres et Spencer, 2005), l'enseignement de stratégies d'élaboration (Gerstern, Fuchs, William et Baker, 2001) et l'enseignement de stratégies de sélection (Wilder et Williams, 2001). Gauthier, Bissonnette et Richard (2007) suggèrent que les domaines nécessitant l'utilisation d'une variété de stratégies sont bien servis par le modelage, comme les mathématiques, le français, les sciences et l'histoire.   
  
Les stratégies ou [[connaissances métacognitives]] peuvent également faire l'objet d'un enseignement explicite dans un contexte de compréhension de lecture (Bissonnette, Richard, Gauthier et Bouchard, 2010).
+
Les stratégies ou [[connaissances métacognitives]] peuvent également faire l'objet d'un [[enseignement explicite]] dans un contexte de compréhension de lecture (Bissonnette, Richard, Gauthier et Bouchard, 2010).
  
 
Par ailleurs, le modelage est également utilisé comme stratégie d'apprentissage auprès des futurs enseignants afin de les conscientiser sur l'utilisation de leurs propres stratégies et processus cognitifs et métacognitifs lorsqu'ils réalisent une tâche complexe.  Ceci en vue d'être mieux outillés lorsqu'ils enseigneront (Lamarre et Cartier, 2012).
 
Par ailleurs, le modelage est également utilisé comme stratégie d'apprentissage auprès des futurs enseignants afin de les conscientiser sur l'utilisation de leurs propres stratégies et processus cognitifs et métacognitifs lorsqu'ils réalisent une tâche complexe.  Ceci en vue d'être mieux outillés lorsqu'ils enseigneront (Lamarre et Cartier, 2012).

Version du 25 août 2016 à 11:11

ÉBAUCHE (avec bibliographie)


Appellation en anglais

Modeling, Cognitive modeling

Stratégies apparentées

Le modelage cognitif peut être présenté comme une forme d'étayage par l'enseignant (Bruner, 1998; Chabanne et Bucheton, 2002, cités par Lamarre et Cavanagh, 2012).

Le tutoriel est une stratégie apparentée et qui se définit comme un guide d'apprentissage séquencé et qui peut prendre diverses formes: texte papier ou numérique, logiciel, vidéo, etc. (Wikipédia, 2016).

Le façonnement comportemental s'apparente également au modelage cognitif. Cette stratégie d’apprentissage met l’accent sur l’acquisition de nouveaux comportements en observant une autre personne (modèle) accomplissant une tâche spécifique (Lauzier, 2011).

La démonstration qui « a pour fonction de faire voir les étapes, un ordre de réalisation ou encore des caractéristiques qui seraient difficilement accessibles à l’apprenant par la simple audition » (Chamberland, Lavoie et Marquis, 2003, p.46) se rapproche également du modelage.

Type de stratégie

Le modelage est une microstratégie qui est la première étape dans la démarche de l'enseignement explicite.

Types de connaissances

L’acquisition de connaissances procédurales chez l’apprenant est la principale visée du modelage. Fournier et Cartier (2011) citent plusieurs études recensées où le modelage a été utilisé pour l'enseignement de stratégies d'organisation (Boon, Fore, Ayres et Spencer, 2005), l'enseignement de stratégies d'élaboration (Gerstern, Fuchs, William et Baker, 2001) et l'enseignement de stratégies de sélection (Wilder et Williams, 2001). Gauthier, Bissonnette et Richard (2007) suggèrent que les domaines nécessitant l'utilisation d'une variété de stratégies sont bien servis par le modelage, comme les mathématiques, le français, les sciences et l'histoire.

Les stratégies ou connaissances métacognitives peuvent également faire l'objet d'un enseignement explicite dans un contexte de compréhension de lecture (Bissonnette, Richard, Gauthier et Bouchard, 2010).

Par ailleurs, le modelage est également utilisé comme stratégie d'apprentissage auprès des futurs enseignants afin de les conscientiser sur l'utilisation de leurs propres stratégies et processus cognitifs et métacognitifs lorsqu'ils réalisent une tâche complexe. Ceci en vue d'être mieux outillés lorsqu'ils enseigneront (Lamarre et Cartier, 2012).

Description

Le modelage trouve ses assises dans les travaux de Vygotsky et Bruner sur le développement des apprentissages du langage oral (Lamarre et Cavanagh, 2012). Ces auteures précisent qu'à partir des années 70, plusieurs études démontrent l’efficacité du modelage cognitif auprès d’une variété d’apprenants qui sont placés dans des situations de résolution de problèmes et dans des contextes d’enseignement comme la lecture, les mathématiques ou les sciences. Ce sont des contextes où une variété de stratégies est sollicitée.

Dans le cadre d'un enseignement efficace, Bissonnette, Richard et Gauthier (2006) présentent l'enseignement explicite comme un facteur favorisant l'apprentissage auprès d'un large éventail d'apprenants. Celui-ci s’effectue en trois temps : le modelage, la pratique guidée et la pratique autonome. Le modelage cognitif est donc la première étape de la démarche d'un enseignement explicite qui tend à structurer l’apprentissage en étapes séquencées. Pour Rosenshine (1986, cité dans Bissonnette et al. 2006), le modelage est une étape qui doit favoriser la compréhension de l’objectif d’apprentissage pour l’apprenant et qui doit viser l’intériorisation de diverses stratégies de résolution de problèmes. Cette intériorisation du discours est directement liée au modelage réalisé par l’enseignant. Ce sont les explications liées aux processus cognitifs qui marquent principalement la différence entre les micro-stratégies que sont le modelage et la démonstration.

Ainsi, comme l'expliquent Bissonnette et al. (2006), lorsqu'il présente un contenu d’apprentissage, l’enseignant « met un haut-parleur sur sa pensée » en verbalisant aux apprenants toutes les stratégies métacognitives auxquelles il fait appel pour accomplir la tâche : les liens à faire entre les nouvelles connaissances et les connaissances antérieures, les procédures à utiliser pour résoudre un problème, les questions qu’il se pose, les difficultés auxquelles il fait face (Bissonnette et al, 2007). En fait, il rend visible, via le langage, son dialogue intérieur qui explicite tous les processus cognitifs lui permettant de réaliser la tâche d’apprentissage (Lafortune et St-Pierre, 1994, 1996 cités dans Lamare et Cavanagh, 2012).

Lauzier (2011) présente une version un peu différente du modelage: le façonnement comportemental. C'est une stratégie s'apparentant au modelage sous plusieurs aspects, qui vise non seulement à l'acquisition de connaissances procédurales, mais également la reproduction de comportements observés. Non seulement ce modelage comportemental est une stratégie d’enseignement qui est utilisée à l’occasion de formations en milieu de travail (formation sur l'écoute active par exemple, (May et Kahnweiler, 2000 cité dans Lauziez 2011). Le façonnement comportemental est également utlisé en milieu d’enseignement universitaire (comme l'enseignement en intervention chirurgicale (Rogers, Regehr et MacDonald, 2002 cité aussi dans Lauzier, 2011) .


Le modelage dans une démarche d'enseignement explicite

Cette stratégie pédagogique s’inscrit dans l’approche cognitive, puisque les éléments qui composent l’unité ou l’objet d’apprentissage sont séquencés du simple vers le complexe et du facile vers le difficile. (Bissonnette et al, 2007). Ce principe s’appuie sur les contraintes exercées par la mémoire de travail qui ne peut traiter simultanément qu’environ sept éléments d’information (Miller, 1956 cité dans Schneider et Stern, 2010). Le modelage, dans le cadre d’une démonstration « étape par étape » pour résoudre un problème mathématique, en est un exemple. En mettant l’emphase sur les processus (ou les étapes) qui permettent de réaliser la tâche cela permet de réduire la charge cognitive de la mémoire de travail (Rosenshine, 2012). De ce fait, le modelage est une stratégie pédagogique qui doit être mise en œuvre dans un temps assez restreint (environ dix minutes) après s’être assuré d’avoir capter l’attention des apprenants (Richard et Bissonnette, 2001). C’est pour cette raison que la pratique guidée et autonome doivent suivre le modelage afin de permettre aux apprenants d’encoder efficacement dans leur mémoire à long terme des nouvelles connaissances.

Médias

Les tébéiciels (logiciels utilisés sur les divers types de tableaux numériques interactifs) comme Smart notebook, ActivInspire, Easyteach, sont aussi de bons outils en support à l'enseignement explicite (Récitus, nd). Les tutoriels pédagogiques élaborés à partir de vidéos et diffusés via différents médias numériques, permettent d’utiliser le modelage comme stratégie d’apprentissage. Par exemple, des enseignants au collégial promouvant la classe inversée utilisent le modelage via un tutoriel pour transmettre les connaissances et rendre explicites les raisonnements menant à l’utilisation de différentes procédures. Désilets et Tardif (1993) soulignent à cet effet, que les logiciels de simulation, permettant à une stratégie de devenir un objet observable, deviennent de puissants outils pour le développement de stratégies métacognitives.

Le tutoriel, qui vise également un enseignement de connaissances procédurales, se distingue du modelage proprement dit au niveau du type de guidage et des conditions d'apprentissage. Celle-ci s'inscrit davantage dans une démarche d'apprentissage asynchrome en ne dépendant pas d'une salle de classe et/ou d'un enseignant spécifique, et ce, peu importe le format que prendra le tutoriel (logiciel, vidéo ou texte).

Conditions favorisant l’apprentissage

Comme le souligne Lamarre et Cantin (2012) : "(…) le modelage est une intervention pédagogique extrêmement complexe et difficile à mettre en place, car elle exige que l’enseignant mobilise un ensemble de ressources affectives, cognitives et métacognitives". Ces auteures présentent trois conditions favorisant l’efficacité de cette stratégie.

  1. L’enseignant doit être prédisposé à faire le modelage : il doit avoir bien intégré les éléments qui définissent le concept même de modelage, il doit croire en la valeur de cette stratégie et pour s’en faire une représentation mentale. La mise en place de cette stratégie repose sur une planification adéquate et structurée de l’enseignement explicite des stratégies cognitives et métacognitives. C’est-à-dire prévoir comment enseigner le « quoi », le « pourquoi », le « comment » et le « quand ». Ceci avec l’objectif de maximiser le transfert des connaissances.
  2. L’enseignant doit cibler une stratégie appropriée : il doit développer sa capacité à choisir une stratégie spécifique au contexte de la tâche et au niveau des difficultés de l’élève. En créant un conflit cognitif chez celui-ci, l’enseignant modèle à l’élève différentes procédures permettant de résoudre le problème.
  3. L’enseignant doit pouvoir travailler dans la complexité : il doit posséder de bonnes connaissances métacognitives, avoir confiance en ses capacités afin d’être en mesure de réfléchir sur son action tout en élaborant la prochaine étape de la séquence à enseigner et en gérant les interactions des élèves. L’enseignant doit constamment ajuster ses actions entre ce qu’il dit, ce qu’il fait et ce qu'il se passe dans la classe.

De son côté, Ouellet (1997) mentionne que l’enseignant doit prévoir comment il amènera les élèves à prendre conscience

  • de ce qu’ils apprennent
  • de comment ils apprennent
  • de comment ils surmontent leurs difficultés

Les données empiriques présentant l’efficacité de cette stratégie sont élaborées dans plusieurs études effectuées mettant de l’avant les écoles dites efficaces où l’utilisation de stratégies impliquant l’enseignement explicite, donc l’étape du modelage, est prédominante. L’étude de Reynolds, Creemers, Stringfield, Teddlie et Schaffer (2002 citée dans Gauthier et al., 2007) démontre qu’un enseignement explicite, structuré et directif amène des gains significatifs au niveau des apprentissages des élèves, et ce, peu importe le milieu socioéconomique, la performance des élèves et le système scolaire. Les résultats d’une méta-recherche effectuée par Bissonnette et al. (2010) mettent également en lumière des résultats qui abondent dans le même sens. On y présente la méta-analyse de Swanson (1999) qui démontre que le modelage d’une variété de stratégies lors de l’apprentissage de la lecture auprès d’élèves en difficultés d’apprentissage améliore leur rendement. Pour sa part, la méta-analyse de Kroesbergen et Van Luit (2003) portant sur l’enseignement direct (et les travaux de Goldman, 1989) en mathématiques confirme l’efficacité du modelage pour favoriser les apprentissages.


Niveau d’expertise des apprenants

Puisque le modelage amène un enseignement de connaissances procédurales, les apprenants débutants dans un domaine d’étude, quel que soit leur âge, seront davantage privilégiés. C’était le postulat de base de plusieurs études portant sur les interventions efficaces en enseignement qui s’est avéré fondé (Bissonnette et al., 2006). Aussi, l’enseignement explicite d’un « savoir-faire » démontre également plusieurs avantages s’il est offert dans un cadre de formation spécifique en entreprise auprès d’employés, de tous les types, lorsqu’une nouvelle procédure doit être mise en place.

Gauthier et al. (2007) rapportent que le modelage, s’inscrivant dans une démarche d’enseignement explicite, s’avère très efficace et adapté autant auprès de jeunes élèves démontrant une lenteur dans les apprentissages qu’auprès d’élèves plus vieux et plus performants. Le modelage est particulièrement adapté pour l’enseignement dans les domaines de la mathématique, de la lecture et de l’écriture auprès des élèves en difficulté d’apprentissage de tous âges et à risque d’échec (Rosenshine, 2012; Fournier et Cartier, 2011).

Par ailleurs, Lamarre et Cavanagh (2012) présentent une étude de cas en contexte post-secondaire auprès d’apprenants de type intermédiaire où les enseignants ont recours au modelage comme stratégie explicite d’enseignement. De plus, certaines recherches démontrent que le modelage est une stratégie cognitive à expérimenter comme étudiant universitaire novice dans le domaine de l’enseignement, et ce, afin de pouvoir l’utiliser une fois devenu enseignant (Ritter, 2012; Lamarre et Cavanagh, 2012).


Type de guidage

Le modelage est une stratégie pédagogique qui doit s’actualiser dans un très court laps de temps (± 10 minutes) pour tenir compte des contraintes liées à la mémoire de travail. Ce faisant, le guidage est formel et structuré tout au long de la démarche. L’enseignant, en modelant et en verbalisant une procédure à suivre pour résoudre un problème et en explicitant les stratégies métacognitives qu’il utilise, offre un support cognitif important aux apprenants (Rosenshine, 2012). Il agit à titre de guide/expert afin que l’apprenant acquière des connaissances procédurales et développe ses stratégies métacognitives. Par ailleurs, dans le cadre d’une démarche d’apprentissage guidé, Goldman (1989, cité dans Rosenshine 2012) suggère que « le modelage d’une tâche donnée est présenté par un élève pour être ensuite explicité par l’enseignant, de façon à faire ressortir les éléments essentiels qui sont mis en application dans la tâche » .

Un modelage vécu sous la forme d’un tutoriel offre nécessairement un guidage soutenu par un système informatisé (Viméo, You tube, vidéos, etc.) et permet à l'apprenant d'en moduler les paramètres d'écoute (pause, réécoute, écoute en temps différé, etc.) selon son niveau de compréhension.

Type de regroupement des apprenants

Tous les types de regroupement se prêtent à l’utilisation du modelage. Dans le cadre d’élèves présentant des difficultés d’apprentissage, les études en démontrent l’efficacité dans des groupes à effectifs réduits (Fournier et Cartier, 2011; Gauthier et al., 2007). Ce type de regroupement permet une intervention plus directe pour valider les effets positifs du modelage lors de la pratique guidée et autonome.

Par ailleurs, l’utilisation du modelage via un tutoriel permet un accompagnement plus individualisé, mais pas nécessairement personnalisé.


Milieu d’intervention

Les milieux d’intervention dont le modelage a fait l’objet d’étude, sont surtout les milieux scolaires de tous les ordres (primaire, secondaire, post-secondaire). Selon Lauzier (2011), les milieux organisationnels utilisent également le modelage avec succès pour permettre l’acquisition de connaissances procédurales et la reproduction de comportements associés au contenu de formation spécifique au milieu; par exemple, l’enseignement d’une procédure de stérilisation des mains à un corps d’emploi spécifique dans un milieu hospitalier. Par ailleurs, les résultats d’études rapportés par Lauzier font appel à la fois à un modelage cognitif et au façonnement comportemental.


Conseils pratiques

Comme le soulignent Bissonnette et al. (2006), les éléments centraux liés à la mise en place efficace du modelage sont:

  • la clarté du langage
  • l’utilisation des exemples et des contre-exemples.

Dans un premier temps, l’information présentée doit être claire, précise, concise et séquencée en petites unités. De plus, l’enseignant doit présenter des exemples et des contre-exemples que les apprenants pourront assurément réutiliser lors de la période de la pratique guidée et de la pratique autonome. Comme le modelage s’appuie sur les caractéristiques de la mémoire de travail et de l’approche cognitive, il faut veiller à la qualité de ces exemples et contre-exemples et à leur quantité (trois à cinq). De ce fait, ceux-ci doivent être pertinents à la tâche à réaliser et suivre la progression de l’apprentissage : du simple au complexe.

Par ailleurs, les travaux indiquent qu’une série d’indices verbaux ( verbal prompts) (mots clés ou questions prédéfinies) modelés par l’enseignant, offre des repères aux élèves lorsqu’ils sont en résolution de tâche. Par exemple, l’utilisation des mots-clés « quoi », « où », « pourquoi » et « comment » peuvent être modelés afin de guider les élèves lors de l’enseignement des stratégies de lecture (Rosenshine, 2012; Bissonnette et al., 2010). Un résumé de la procédure enseignée par modelage, remis à l’élève lors de la pratique guidée est une modalité de support qui ancre davantage les apprentissages souhaités (Bissonnette et al., 2006). Toutefois, l’étude de Fournier et Cartier (2011) démontre que l’ajout d’un facilitateur procédural, comme support visuel au modelage, a eu uniquement un effet à court terme auprès des élèves qui y avaient eu accès.

Bibliographie

Bissonnette, S., Richard, M., Gauthier, C., Bouchard, C. (2010). Quelles sont les stratégies d’enseignement efficaces favorisant les apprentissages fondamentaux auprès des élèves en difficulté de niveau élémentaires? Résultat d’une méga-analyse. Revue de recherche appliquée sur l’apprentissage , 3, article 1, p. 1-35

Bissonnette, S., Richard, M., Gauthier, C. (2006). Comment enseigne-t-on dans les école efficaces? Efficacité des écoles et des réformes . St-Nicolas, Canada: Les Presses de l'Université Laval.

Bissonnette, S., Richard, M. (n.d.). L'enseignement explicite . Récupéré de http://www.cforp.ca/fichiers/esquisses-de-cours/francais/CCL40/Outils/Textes_reference/PDF/Ref_enseig_explicit.pdf

Chamberland, G., Lavoie, L. et Marquis, D. (2003). Vingt formules pédagogiques. Sainte-Foy, QC : Presses de l’Université du Québec. (P.45-48)

Désilets, M., Tardif, J. (1993). Modèle pédagogiques pour le développement des compétences. Pédagogies collégiales, 7 (2), 19-23. Récupéré de http://www.cvm.qc.ca/aqpc/Auteurs/D%C3%A9silets,%20Mario/D%C3%A9silets-Tardif%20(07,2).pdf

Fournier, M.H., Cartier, S.C. (2011). Intervention sur l’apprentissage par la lecture d’adolescents en difficulté d’apprentissage. Nouveaux c@hiers de la recherche en éducations , 14, 1, p. 85-104. DOI:10.7202/1008845ar

Gauthier, C., Bissonnette, S., Richard, M. (2007). L'enseignement explicite . Récupéré du site www.formapex.com

Lamarre, N., Cavanagh, M. (2012). Représentation, chez les enseignants, de la pratique du modelage dans le contexte d'une rédaction. Revue des sciences de l'éducation . 38 (1), p.135-160. DOI: 10.7202/1016752ar

Lauzier, M. (2011). Impact différentiel des types de modelage et des styles d’orientation des buts sur des indices cognitifs, affectifs et comportementaux liés à l’expérience d’apprentissage . (thèse de doctorat, Université de Montréal, Canada). Récupéré du site du dépôt institutionnel de l’UdM : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/5015

Ritter, J.K. (2012) Modeling powerful social studies: Bridging theory and practice with preservice elementary teachers. The social studies . 103, p. 117-124. DOI: 10.1080/00377996.2011.596857

Rosenshine, B. (2012). Principles of instruction, research-based strategies that all teachers should know. American educator . 36 (1) p.12-39, Récupéré de http://www.aft.org/sites/default/files/periodicals/Rosenshine.pdf

Schneider, M., & Stern, E. (2010). L’apprentissage dans une perspective cognitive. In H. Dumont, D. Istance, & F. Benavides (Eds.), Comment apprend-on? La recherche au service de la pratique (pp. 73-95). Paris, France : Éditions OCDE.

Tutoriel (2016, mise à jour 15 mars). Dans Wikipédia . Récupéré de https://fr.wikipedia.org/wiki/Tutoriel


Webographie

Profweb (nd). Classe inversée et enseignement explicite en technique d'éducation spécialisée. Présentation d'une démarche d'enseignement explicite dans un contexte de classe inversée au collégial. Récupéré le 22 mars 2016 de http://www.profweb.ca

Récitus (nd). Le TBI et l'enseignement explicite . Présentation de l'utilisation du TBI dans le cadre de l'enseignement explicite. Récupéré le 13 mars 2016 de http://www.recitus.qc.ca


Ressources informationnelles disponibles pour rédiger et améliorer la fiche

Ici figurent les références sélectionnées sur la stratégie dont traite la fiche et, éventuellement, des sujets plus généraux, mais liés de près à la thématique de la fiche. Si vous utilisez ces ressources pour rédiger votre contribution, vous devez les citer dans votre texte et, de plus, les déplacer dans la section " Ressources informationnelles utilisées". Vous pouvez aussi, comme tout autre contributeur au Wiki-TEDia, ajouter ici toutes les ressources informationnelles que vous connaissez, que vous avez trouvées sur le web ou en lisant d'autres écrits, même si vous ne les utilisez pas. Cette section fait donc office de veille sur la thématique couverte par la fiche.

Veillez à placer les ressources proposées dans la bonne section : soit dans la bibliographie (articles, livres, chapitres) ou dans la webographie (ressources électroniques diverses, cependant les articles des revues électroniques ou des chapitres publiés en ligne doivent être placés dans la bibliographie).

Bibliographie

Placez dans cette section les articles des revues (y compris les revues en ligne, les livres ou les chapitres de livres (y compris ceux qui sont disponibles en ligne). Indiquez l'hyperlien si possible. Citez vos ressources selon les normes APA. Pour ce faire, utilisez le guide suivant : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uqam.ca/~mcouture/apa/Auteurs.htm


Webographie

Dans cette section figurent des ressources informationnelles complémentaires disponibles sur le web. L'hyperlien doit être indiqué, de même que la date de consultation. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour cela, utilisez le guide du professeur Couture, notamment cette section du guide en ligne : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uqam.ca/~mcouture/apa/docsweb.htm

Bournival, E. (2013). Modelage en enseignement réciproque . Vidéo présentant le modelage de stratégie de lecture d'un texte. En ligne: https://www.youtube.com/watch?v=VVAQnRl2q44

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Outils
Assistance
Imprimer / exporter