Coéducation : Différence entre versions

De Wiki-TEDia
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
== Type de stratégie ==  
 
== Type de stratégie ==  
  
Déterminer si la stratégie est une microstratégie ou une macrostratégie ou les deux.  
+
Cette stratégie peut être de type macrostratégie et microstratégie. En effet, on peut la considérer comme une macrostratégie lorsque l’intervenant intervient de façon régulière et continue auprès de l’élève. Par exemple, sous la recommandation de l’enseignant de l’élève, le parent pourrait avoir à intervenir quotidiennement pour travailler différentes habiletés.  En outre, la coéducation peut être une microstratégie lorsque l’intervention se fait de manière ponctuelle par les intervenants comme lorsque l’élève a une difficulté ciblée qui pourrait demander une séance d’intervention. .  
  
 
== Types de connaissances ==  
 
== Types de connaissances ==  
  
Décrire les connaissances visées. Expliquer en quoi cette stratégie est adaptée à ce type de connaissances. Donner des exemples des contenus ou champs disciplinaires dans lesquels la stratégie a été utilisée.
+
Le support que les parents peuvent offrir à leur enfant peut être fait sous différentes formes et sont susceptibles de développer tous les types de connaissances soit les Connaissances factuelles, les connaissances conceptuelles, les Connaissances procédurales, les connaissances métacognitives et les compétences. Par contre, les parents de sont pas nécessairement des pédagogues et c’est pourquoi il peut être plus accessible pour eux de développer des connaissances factuelles que les autres types de connaissances ou même des compétences.  
  
 
== Description ==  
 
== Description ==  
  
Décrire la démarche d’enseignement-apprentissage proposée par la stratégie, notamment : la problématique et les origines de conception de cette stratégie, ses principales étapes, les conditions de la mise en œuvre, les médias qui peuvent être utilisés pour supporter la stratégie.  
+
La coéducation peut parfois référer à une éducation donnée au sein d’écoles mixtes que les garçons et filles fréquentent alors que la définition de la coéducation s’est modifiée à travers le temps et correspond plutôt aujourd’hui à l’implication des parents et/ou d’éducateurs dans l’apprentissage des élèves à l’extérieur des heures de cours de l’école. Ils sont alors vus comme des acteurs impliqués travaillant en collaboration avec les enseignants. (Escots, s.d.)
 +
 
 +
«La coéducation est un Espace intermédiaire à partir duquel l’école et la famille replacent l’enfant au centre du processus d’apprentissage et deviennent des partenaires éducatifs à la fois complémentaires et différents, au sein d’une communauté éducative qui donne sens à leurs pratiques.
 +
La coéducation, ce n’est : ni du co-enseignement ni de la co-gestion de l’espace scolaire ni du contrôle des pratiques familiales. » (Sciences de la famille, s.d.)
 +
  
 
== Conditions favorisant l’apprentissage ==  
 
== Conditions favorisant l’apprentissage ==  
  
Identifier, expliquer et justifier les conditions d’apprentissage que la stratégie vise à favoriser. Décrire quelle est la preuve empirique de l’efficacité de la stratégie.  
+
ILa collaboration entre enseignants et parents doit être optimale pour permettre une coéducation efficace. Lorsque les attentes de ces acteurs envers l’un et l’autre sont clairement définies tout comme une perception commune du développement de l’enfant et une communication efficace, les chances de succès s’améliorent alors. C’est la conclusion que Humbeeck, Lahaye, Balsamo & Pourtois (2006) ont fait dans leur étude en Belgique.
 +
 
 +
En focalisant l’attention des enseignants et des parents sur les besoins psychosociaux de l’enfant, les deux partenaires ont été amenés à concevoir l’acte éducatif dans toute sa complexité, en envisageant ses composantes non seulement cognitives, mais aussi affectives et sociales. De cette manière, les différents acteurs ont pu maîtriser un référentiel commun susceptible de donner des repères fi ables et de favoriser, à partir d’un cadre conceptuel mieux partagé, une communication efficace.
 +
 
 +
Pour favoriser la communication, Humbeeck et al. (2006) recommandent d’utiliser :
 +
1. Les devoirs où les parents peuvent supporter les élèves et aussi noter où les difficultés apparaissent chez l’élève. Ces informations pourront être utiles à l’enseignant qui aura une meilleure idée des difficultés de ses élèves. 
 +
2. Un journal de classe où parents et enseignants peuvent partager les observations qu’ils font sur leur enfant et sur son développement.
 +
3. Le bulletin où «les commentaires attendus visent à décrire l’évolution du développement socioaffectif de l’enfant plutôt que de se limiter à justifier les manquements cognitifs» (p.660)
 +
 
 +
Puentes-Neuman (2010, p.14 et 15) dit quand à elle que les conditions favorisant le succès de la coéducation chez les élèves qui commencent l’apprentissage de la lecture et de l’écriture repose sur :
 +
1. Des rencontres entre les partenaires scolaires et communautaires
 +
2. L’arrimage des thèmes et des activités
 +
3. La synergie pour le recrutement
 +
4. Le soutien à la relation parent-enfant
 +
5. La reconnaissance des rôles de chacun
 +
 
 +
Finalement, la coéducation faite grâce au support des intervenants à la maison peuvent mobiliser toutes les conditions favorisant l’apprentissage tels que Motiver les apprenants, Activer les connaissances antérieures, Présenter les connaissances, Structurer les connaissances, Pratiquer, Centrer sur la tâche (les compétences), Réguler. Cependant, compte tenu de l’expérience parfois limitée de certains parents sur l’approche cognitive, les conditions qui pourraient être priorisées pourraient être motiver les apprenants, pratiquer et réguler.
 +
 
 +
 
  
 
== Niveau d’expertise des apprenants ==  
 
== Niveau d’expertise des apprenants ==  
  
Identifier si la stratégie est adaptée aux apprenants débutants, intermédiaires ou novices dans un domaine. Décrire comment la stratégie prend en considération le niveau des connaissances des apprenants dans le domaine ciblé. Donner des exemples.  
+
La coéducation peut être pertinent pour les apprenants de tous les niveaux, mais particulièrement pour les élèves en difficulté qui ont besoin de plus de plus de soutien pour réaliser des tâches. Par exemple, ces élèves qui peuvent avoir une faible mémoire de travail peuvent bénéficier grandement d’avoir un étayage par un médiateur qui les aidera à composer avec la complexité que certaines tâches peuvent demander.  
  
 
== Type de guidage ==  
 
== Type de guidage ==  
  
Décrire quel est le type de guidage et de support offert par la stratégie. Faire les liens avec le niveau d’expertise des apprenants en décrivant comment et pourquoi le type offert est censé favoriser l’apprentissage de ces apprenants.  
+
Il peut particulièrement être pertinent que les enseignants guident les parents dans la coéducation surtout si ceux-ci ne savent pas comment aident efficacement leur enfant. Par exemple, pour permettre la construction efficace de savoir-faire ou le développement de compétence, l’intervenant a davantage intérêt à faire un étayage grâce au questionnement et aux échanges plutôt que de dire «quoi faire» à l’enfant. L’intervenant agit alors comme médiateur pour structurer la pensée de l’apprenant où il peut : «faciliter le questionnement, la comparaison, les mises en relation (temporelle, spatiale, causale), il peut fournir des aides à penser (schémas, métaphores, modèles...) ou encore inciter à l'organisation du sens par une approche métacognitive » (Giordan, 1999, p.22-24). Les stratégies enseignées seraient guidées par l’intervenant en étant similaires à celles utilisées par l’enseignant comme le rappellent Humbeeck, B., Lahaye, W., Balsamo, A. & Pourtois, J. (2006). Par ailleurs, comme la coéducation se fait souvent entre l’élève et un intervenant, le niveau de guidage offert par l’intervenant peut être grandement individualisé à l’élève. Selon les caractéristiques de l’apprenant, la tâche et le contexte le guidage pourra alors être plus ou moins important pour répondre aux besoins de l’apprenant. (Smith et Ragan, 2005) .  
  
 
== Type de regroupement des apprenants ==  
 
== Type de regroupement des apprenants ==  
  
Décrire le type de regroupement préconisé par la stratégie et comment on peut le réaliser. Donner des exemples.  
+
Cette stratégie pédagogique peut se faire en petit groupe, mais elle est particulièrement efficace de la faire de façon individuelle (un intervenant pour un élève) pour bien répondre à ses besoins.  
  
 
== Milieu d’intervention ==  
 
== Milieu d’intervention ==  
  
Décrire dans quel milieu éducatif la stratégie a été utilisée. Donner des exemples.  
+
* École primaire
 +
* École secondaire
 +
 
 +
La stratégie est particulièrement pertinente chez les plus jeunes élèves comme ceux au primaire et au début du secondaire, car les élèves sont moins autonomes dans la réalisation d’exercices et peuvent avoir besoin de plus de guidage pour réaliser leurs tâches.
 +
  
== Conseils pratiques ==
 
  
Dans la mesure du possible, fournir des conseils, des « trucs » ou des « astuces » en lien avec des exemples issus de la pratique « réelle » de cette stratégie.
 
  
 
== Ressources informationnelles utilisées dans la fiche ==
 
== Ressources informationnelles utilisées dans la fiche ==
Ligne 58 : Ligne 82 :
 
=== Bibliographie ===
 
=== Bibliographie ===
  
Dans cette section figurent les articles des revues (y compris les revues en ligne, les livres ou les chapitres de livres (y compris ceux qui sont disponibles en ligne). L'hyperlien peut être indiqué si possible. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour ce faire, utilisez le guide suivant : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uquebec.ca/~mcouture/apa/Presentation.htm
+
 
 +
Escots, S. (s.d.) La coéducation : un principe contemporain pour les pratiques d’accueil d’enfants et d’adolescents ? Repéré à http://www.i-ac.fr/assets/Documents/Articles-and-documents/Coeducation-UFNAFAAM.pdf
 +
 
 +
Sciences de la famille de l’Université de Mons (s.d.) Recherche-action : la coéducation. Repéré à https://www.sciencesdelafamille.be/outils-de-co%C3%A9ducation-eduquons-ensemble-avec-polo-le-lapin/
 +
 
 +
Humbeeck, B., Lahaye, W., Balsamo, A. & Pourtois, J. (2006). Les relations école-famille : de la confrontation à la coéducation. Revue des sciences de l’éducation, 32(3), 649–664. doi:10.7202/016280ar
 +
 
 +
Puentes-Neuman, G. (2010) Quel soutien scolaire et communautaire offrir aux parents afin de favoriser la réussite de l'entrée dans l'écrit chez les enfants ? http://www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/11326/449040/PT_Puentes-NeumanG_rapport_soutien-parents.pdf/bdeb4266-2b7e-4197-87fa-855523cb1780
 +
 
 +
Giordan, A. (1999). (Re)construire les connaissances. Entretien avec André Giordan. Revue Sciences Humaines, 98, octobre, 22-24.
 +
 
 +
Smith, P. L., & Ragan, T. J. (2005). A framework for instructional strategy design. In P. L. Smith, & T. J. Ragan (Eds.), Instructional design (3rd ed., pp. 127-150). New York, NY : Wiley & Sons.  
 +
 
  
  
Ligne 80 : Ligne 116 :
 
Dans cette section figurent des ressources informationnelles complémentaires disponibles sur le web. L'hyperlien doit être indiqué, de même que  la date de consultation. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour cela, utilisez le guide du professeur Couture, notamment cette section du guide en ligne : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uquebec.ca/~mcouture/apa/Presentation.htm
 
Dans cette section figurent des ressources informationnelles complémentaires disponibles sur le web. L'hyperlien doit être indiqué, de même que  la date de consultation. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour cela, utilisez le guide du professeur Couture, notamment cette section du guide en ligne : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uquebec.ca/~mcouture/apa/Presentation.htm
  
 +
[[Catégorie:Motiver]]
 +
[[Catégorie:Pratiquer]]
 +
[[Catégorie:Réguler]]
 +
[[Catégorie:École_primaire]]
 +
[[Catégorie:École_secondaire]]
 +
[[Catégorie:Avancés]]
 +
[[Catégorie:Débutants]]
 +
[[Catégorie:Intermédiaires]]
 +
[[Catégorie:Guidée/soutenue_par_les_experts/enseignants]]
 +
[[Catégorie:Petit_groupe]]
 +
[[Catégorie:Macrostratégie]]
 +
[[Catégorie:Microstratégie]]
 +
[[Catégorie:Compétences]]
 +
[[Catégorie:Connaissances_conceptuelles]]
 +
[[Catégorie:Connaissances_factuelles]]
 +
[[Catégorie:Connaissances_métacognitives]]
 +
[[Catégorie:Connaissances_procédurales]]
 
[[Catégorie:En_rédaction]]
 
[[Catégorie:En_rédaction]]
 
[[Catégorie:Toutes_les_fiches]]
 
[[Catégorie:Toutes_les_fiches]]
 
[[Catégorie:À_compléter]]
 
[[Catégorie:À_compléter]]

Version du 12 juillet 2018 à 18:01

ÉBAUCHE (sans bibliographie)


Appellation en anglais

Très promue dans le monde de l’éducation, cette microstratégie/macrostratégie est aussi connue sous l’appellation coeducation en anglais.

Stratégies apparentées

  1. REDIRECTION Tutorat
: Un tuteur, un intervenant social, les parents peuvent s’impliquer en intervenant de façon individualisée envers l’élève. 
  1. REDIRECTION Compagnonnage cognitif
: Ces intervenants peuvent supporter et guider l’élève en se basant sur leur expertise et connaissances pour réaliser des tâches à la maison.


Type de stratégie

Cette stratégie peut être de type macrostratégie et microstratégie. En effet, on peut la considérer comme une macrostratégie lorsque l’intervenant intervient de façon régulière et continue auprès de l’élève. Par exemple, sous la recommandation de l’enseignant de l’élève, le parent pourrait avoir à intervenir quotidiennement pour travailler différentes habiletés. En outre, la coéducation peut être une microstratégie lorsque l’intervention se fait de manière ponctuelle par les intervenants comme lorsque l’élève a une difficulté ciblée qui pourrait demander une séance d’intervention. .

Types de connaissances

Le support que les parents peuvent offrir à leur enfant peut être fait sous différentes formes et sont susceptibles de développer tous les types de connaissances soit les Connaissances factuelles, les connaissances conceptuelles, les Connaissances procédurales, les connaissances métacognitives et les compétences. Par contre, les parents de sont pas nécessairement des pédagogues et c’est pourquoi il peut être plus accessible pour eux de développer des connaissances factuelles que les autres types de connaissances ou même des compétences.

Description

La coéducation peut parfois référer à une éducation donnée au sein d’écoles mixtes que les garçons et filles fréquentent alors que la définition de la coéducation s’est modifiée à travers le temps et correspond plutôt aujourd’hui à l’implication des parents et/ou d’éducateurs dans l’apprentissage des élèves à l’extérieur des heures de cours de l’école. Ils sont alors vus comme des acteurs impliqués travaillant en collaboration avec les enseignants. (Escots, s.d.)

«La coéducation est un Espace intermédiaire à partir duquel l’école et la famille replacent l’enfant au centre du processus d’apprentissage et deviennent des partenaires éducatifs à la fois complémentaires et différents, au sein d’une communauté éducative qui donne sens à leurs pratiques. La coéducation, ce n’est : ni du co-enseignement ni de la co-gestion de l’espace scolaire ni du contrôle des pratiques familiales. » (Sciences de la famille, s.d.)


Conditions favorisant l’apprentissage

ILa collaboration entre enseignants et parents doit être optimale pour permettre une coéducation efficace. Lorsque les attentes de ces acteurs envers l’un et l’autre sont clairement définies tout comme une perception commune du développement de l’enfant et une communication efficace, les chances de succès s’améliorent alors. C’est la conclusion que Humbeeck, Lahaye, Balsamo & Pourtois (2006) ont fait dans leur étude en Belgique.

En focalisant l’attention des enseignants et des parents sur les besoins psychosociaux de l’enfant, les deux partenaires ont été amenés à concevoir l’acte éducatif dans toute sa complexité, en envisageant ses composantes non seulement cognitives, mais aussi affectives et sociales. De cette manière, les différents acteurs ont pu maîtriser un référentiel commun susceptible de donner des repères fi ables et de favoriser, à partir d’un cadre conceptuel mieux partagé, une communication efficace.

Pour favoriser la communication, Humbeeck et al. (2006) recommandent d’utiliser : 1. Les devoirs où les parents peuvent supporter les élèves et aussi noter où les difficultés apparaissent chez l’élève. Ces informations pourront être utiles à l’enseignant qui aura une meilleure idée des difficultés de ses élèves. 2. Un journal de classe où parents et enseignants peuvent partager les observations qu’ils font sur leur enfant et sur son développement. 3. Le bulletin où «les commentaires attendus visent à décrire l’évolution du développement socioaffectif de l’enfant plutôt que de se limiter à justifier les manquements cognitifs» (p.660)

Puentes-Neuman (2010, p.14 et 15) dit quand à elle que les conditions favorisant le succès de la coéducation chez les élèves qui commencent l’apprentissage de la lecture et de l’écriture repose sur : 1. Des rencontres entre les partenaires scolaires et communautaires 2. L’arrimage des thèmes et des activités 3. La synergie pour le recrutement 4. Le soutien à la relation parent-enfant 5. La reconnaissance des rôles de chacun

Finalement, la coéducation faite grâce au support des intervenants à la maison peuvent mobiliser toutes les conditions favorisant l’apprentissage tels que Motiver les apprenants, Activer les connaissances antérieures, Présenter les connaissances, Structurer les connaissances, Pratiquer, Centrer sur la tâche (les compétences), Réguler. Cependant, compte tenu de l’expérience parfois limitée de certains parents sur l’approche cognitive, les conditions qui pourraient être priorisées pourraient être motiver les apprenants, pratiquer et réguler.


Niveau d’expertise des apprenants

La coéducation peut être pertinent pour les apprenants de tous les niveaux, mais particulièrement pour les élèves en difficulté qui ont besoin de plus de plus de soutien pour réaliser des tâches. Par exemple, ces élèves qui peuvent avoir une faible mémoire de travail peuvent bénéficier grandement d’avoir un étayage par un médiateur qui les aidera à composer avec la complexité que certaines tâches peuvent demander.

Type de guidage

Il peut particulièrement être pertinent que les enseignants guident les parents dans la coéducation surtout si ceux-ci ne savent pas comment aident efficacement leur enfant. Par exemple, pour permettre la construction efficace de savoir-faire ou le développement de compétence, l’intervenant a davantage intérêt à faire un étayage grâce au questionnement et aux échanges plutôt que de dire «quoi faire» à l’enfant. L’intervenant agit alors comme médiateur pour structurer la pensée de l’apprenant où il peut : «faciliter le questionnement, la comparaison, les mises en relation (temporelle, spatiale, causale), il peut fournir des aides à penser (schémas, métaphores, modèles...) ou encore inciter à l'organisation du sens par une approche métacognitive » (Giordan, 1999, p.22-24). Les stratégies enseignées seraient guidées par l’intervenant en étant similaires à celles utilisées par l’enseignant comme le rappellent Humbeeck, B., Lahaye, W., Balsamo, A. & Pourtois, J. (2006). Par ailleurs, comme la coéducation se fait souvent entre l’élève et un intervenant, le niveau de guidage offert par l’intervenant peut être grandement individualisé à l’élève. Selon les caractéristiques de l’apprenant, la tâche et le contexte le guidage pourra alors être plus ou moins important pour répondre aux besoins de l’apprenant. (Smith et Ragan, 2005) .

Type de regroupement des apprenants

Cette stratégie pédagogique peut se faire en petit groupe, mais elle est particulièrement efficace de la faire de façon individuelle (un intervenant pour un élève) pour bien répondre à ses besoins.

Milieu d’intervention

  • École primaire
  • École secondaire

La stratégie est particulièrement pertinente chez les plus jeunes élèves comme ceux au primaire et au début du secondaire, car les élèves sont moins autonomes dans la réalisation d’exercices et peuvent avoir besoin de plus de guidage pour réaliser leurs tâches.



Ressources informationnelles utilisées dans la fiche

Ici figurent toutes les ressources informationnelles qui ont été lues et utilisées par les contributeurs successifs pour rédiger la fiche. Ces ressources ont être puisées dans celles qui ont été prédéterminées ci-dessous, dans la section : Ressources informationnelles disponibles. Toutefois, chaque contributeur peut choisir d'utiliser d'autres ressources, du moment qu'elles sont pertinentes pour la thématique traitée, crédibles et présentant un contenu de qualité.

Les références utilisées doivent être placées dans la bonne section : soit dans la bibliographie (articles, livres, chapitres) soit dans la webographie (ressources électroniques diverses, cependant les articles des revues électroniques ou des chapitres publiés en ligne doivent être placés dans la bibliographie).

Bibliographie

Escots, S. (s.d.) La coéducation : un principe contemporain pour les pratiques d’accueil d’enfants et d’adolescents ? Repéré à http://www.i-ac.fr/assets/Documents/Articles-and-documents/Coeducation-UFNAFAAM.pdf

Sciences de la famille de l’Université de Mons (s.d.) Recherche-action : la coéducation. Repéré à https://www.sciencesdelafamille.be/outils-de-co%C3%A9ducation-eduquons-ensemble-avec-polo-le-lapin/

Humbeeck, B., Lahaye, W., Balsamo, A. & Pourtois, J. (2006). Les relations école-famille : de la confrontation à la coéducation. Revue des sciences de l’éducation, 32(3), 649–664. doi:10.7202/016280ar

Puentes-Neuman, G. (2010) Quel soutien scolaire et communautaire offrir aux parents afin de favoriser la réussite de l'entrée dans l'écrit chez les enfants ? http://www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/11326/449040/PT_Puentes-NeumanG_rapport_soutien-parents.pdf/bdeb4266-2b7e-4197-87fa-855523cb1780

Giordan, A. (1999). (Re)construire les connaissances. Entretien avec André Giordan. Revue Sciences Humaines, 98, octobre, 22-24.

Smith, P. L., & Ragan, T. J. (2005). A framework for instructional strategy design. In P. L. Smith, & T. J. Ragan (Eds.), Instructional design (3rd ed., pp. 127-150). New York, NY : Wiley & Sons.


Webographie

Placez dans cette section des ressources informationnelles complémentaires disponibles sur le web. Chaque ressource doit être décrite brièvement. Indiquez l'hyperlien (bien évidemment)et la date de consultation. Tâchez de citer vos ressources selon les normes APA. Pour y parvenir, utilisez le guide du professeur Couture, notamment cette section du guide en ligne  : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uquebec.ca/~mcouture/apa/Presentation.htm

Ressources informationnelles disponibles pour rédiger et améliorer la fiche

Ici figurent les références sélectionnées sur la stratégie dont traite la fiche et, éventuellement, des sujets plus généraux, mais liés de près à la thématique de la fiche. Si vous utilisez ces ressources pour rédiger votre contribution, vous devez les citer dans votre texte et, de plus, les déplacer dans la section " Ressources informationnelles utilisées". Vous pouvez aussi, comme tout autre contributeur au Wiki-TEDia, ajouter ici toutes les ressources informationnelles que vous connaissez, que vous avez trouvées sur le web ou en lisant d'autres écrits, même si vous ne les utilisez pas. Cette section fait donc office de veille sur la thématique couverte par la fiche.

Veillez à placer les ressources proposées dans la bonne section : soit dans la bibliographie (articles, livres, chapitres) ou dans la webographie (ressources électroniques diverses, cependant les articles des revues électroniques ou des chapitres publiés en ligne doivent être placés dans la bibliographie).

Bibliographie

Placez dans cette section les articles des revues (y compris les revues en ligne, les livres ou les chapitres de livres (y compris ceux qui sont disponibles en ligne). Indiquez l'hyperlien si possible. Citez vos ressources selon les normes APA. Pour ce faire, utilisez le guide suivant : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uquebec.ca/~mcouture/apa/Presentation.htm

Feyfant, A. (2015). Coéducation : quelle place pour les parents?, Dossier de veille de l'IFÉ N° 98. Repéré à http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=98&lang=fr


Webographie

Dans cette section figurent des ressources informationnelles complémentaires disponibles sur le web. L'hyperlien doit être indiqué, de même que la date de consultation. Les ressources doivent être citées selon les normes APA. Pour cela, utilisez le guide du professeur Couture, notamment cette section du guide en ligne : Couture, M. (2013, mise à jour). Adaptation française des normes bibliographiques de l'APA. Récupéré du site http://benhur.teluq.uquebec.ca/~mcouture/apa/Presentation.htm

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Outils
Assistance
Imprimer / exporter