Discussion:Communauté de pratique virtuelle

De Wiki-TEDia
Aller à : navigation, rechercher


Appréciation globale

Merci pour la rédaction de cette fiche. J’ai beaucoup appris sur cette stratégie qui m’était inconnue… avant de vous lire!

J’ai remarqué que pour plusieurs parties, les références d’auteurs sont manquantes. Je ne peux malheureusement pas vous aider pour cela, mais j’ai fait quelques ajouts à la section « Ressources informationnelles utilisées dans la fiche ». --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:02 (EDT)

Appellation en anglais

Stratégies apparentées

Je crois que l’objectif de cette section est de nommer les différentes stratégies. Il ne semble pas ici nécessaire d’y ajouter des explications comme vous le faites pour la stratégie « Communauté de pratique » et « Communauté de pratique en réseau ». --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:03 (EDT)

Vous pourriez déjà utiliser l’appellation « CoPV » comme vous le faites à la section « Types de connaissances ».--Ilepage 22 juillet 2016 à 12:05 (EDT)

Type de stratégie

Vous faites une très bonne distinction entre la façon d’utiliser cette stratégie en tant que macrostratégie ou microstratégie.--Ilepage 22 juillet 2016 à 12:06 (EDT)

Types de connaissances

N’étant pas très familière avec le domaine des habiletés, serait-il possible de définir en quelques mots ce qui est du ressort des activités favorisant des habiletés complexes, de celles favorisant des habiletés simples?--Ilepage 22 juillet 2016 à 12:08 (EDT)

Description

J’aimerais vous aider à présenter vos références de façon normée comme vous le demandiez, mais 5 de vos références proposent cet auteur (Wenger). Il me manque une année précise pour pouvoir bien vous aider à cet effet.

Voir cette partie du texte, "Wenger définit la communauté de pratique comme un groupe de personnes qui partagent une préoccupation, un ensemble de problèmes ou une passion pour un sujet, et qui approfondissent leurs connaissances et expertises sur ce sujet en interagissant régulièrement. Wenger établit trois caractéristiques importantes d’une communauté de pratique, soit le domaine, la communauté et la pratique"--Ilepage 22 juillet 2016 à 12:18 (EDT)

Cette partie du texte est prise textuellement dans le texte de Laferrière et al. (2004): À l’origine, le concept de communauté de pratique visait à décrire le processus d’apprentissage par la participation d’un groupe de personnes à un domaine d’activité, au sein d’une organisation. Il permettait de prendre conscience de la présence de regroupements d’individus engagés de toutes sortes de façons dans le partage des différentes facettes de leur pratique (Laferrière, CEFRIO, 2004 p.17)

Donc, donc nous devrions voir plutôt quelque chose du genre : Comme le mentionne Laferrière, Campos et Benoit (2004) : « À l’origine, le concept de communauté de pratique visait à décrire le processus d’apprentissage par la participation d’un groupe de personnes à un domaine d’activité, au sein d’une organisation. Il permettait de prendre conscience de la présence de regroupements d’individus engagés de toutes sortes de façons dans le partage des différentes facettes de leur pratique. » (Laferrière, Campos et Benoit, et al., 2004, p. 17). --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:18 (EDT)

Pour la référence d'Anderson (1980) comme cette partie a été prise textuellement dans le texte de Laferrière et al. (2004). Il serait important de mettre le tout entre guillemets ou de reformuler ces lignes dans vos mots. Je vous propose cette formulation :

Selon Anderson (1980, cité par Laferrière et al., 2004, p. 21-22), les traces de l’évolution de la CoPV ont trois répercussions majeures : - "elles manifestent l’intentionnalité (Anderson, 1980), ce qui est fondamental en matière d’apprentissage. - elles servent de base aux participants désireux de rehausser le niveau de leur propos afin d’aller au-delà de leurs pratiques habituelles ou de résoudre des problèmes pratiques. - elles offrent l’occasion à des collègues de travail de réfléchir ensemble, de façon critique, et de surpasser la simple résolution de problèmes pratiques pour faire progresser leur communauté sur les plans réflexif et conceptuel – un signe de construction collective de connaissances".--Ilepage 22 juillet 2016 à 12:18 (EDT)

Pour cette partie : "Les possibilités d’Internet sont vastes et variées en matière de communication. De nouvelles applications naissent chaque jour, mais en se basant sur les études du CEFRIO (2004) nous pouvons recenser deux outils principaux, soit le courriel et le forum"... est-ce le texte de Dubé (2004)? Je ne suis pas certaine. --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:18 (EDT)

Pour cette partie, la référence de Dubé, Bourhis et Jacob (2003) devrait être incluse de cette façon : "La relation enseignement-apprentissage n’a pas de fin, n’est pas temporelle et ne s’essouffle pas tant que chacun contribue activement à son élaboration. Dubé, Bourhis et Jacob (2003, cité par Bourhis et Tremblay, 2004, p. 17), ont identifié une typologie des CoPV, illustrée dans le tableau suivant : --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:19 (EDT)

Conditions favorisant l’apprentissage

Pour cette partie les références devraient être présentées de cette façon : L’efficacité des CoPV repose sur le juste équilibre entre l’orientation à donner aux objectifs visés par la communauté et l’hétérogénéité du groupe en termes de moyens pour y parvenir (Casteigneau et Gonon, 2006). En effet, ce qui lie les membres d’une communauté, c’est un « intérêt commun dans un champ de savoir (…), un désir et un besoin de partager des problèmes, des expériences, des modèles, des outils et les meilleures pratiques » (APQC, 2001, cité par Dubé, 2004, 15) --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

Pour cette partie il me manque d’informations pour vous aider avec cette référence.  : Wenger et Snyder (2001) affirment que la plupart des CoPV naîssent d’un désir spontané, mais qu’elles doivent être cultivées par l’organisation dans laquelle elles prennent vie. --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

Pour cette partie, je vous propose une formulation pour bien intégrer la référence de Dubé (2004) : D’après le rapport rédigé par Dubé (2004) pour le CEFRIO, ce sont les processus, ou ce qui se passe dans la vie de la CoPV aux niveaux individuel et du groupe et un par rapport à l’autre, qui ont la plus grande influence directe sur le succès de la communauté.--Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

On devrait retrouver la référence de McMillan & Chavis (1986) de cette façon pour cette partie du texte (au 2e paragraphe) : - « Le sens de la communauté représente ce sentiment d’appartenance à un groupe, que les membres sont importants pour les uns et les autres, et que leurs besoins seront remplis de par leur engagement commun. - L’engagement réfère au fait que les participants sont attachés et s’identifient à leur communauté, et à ce sentiment d’obligation face à la poursuite de leurs activités au sein de la communauté. » (McMillan & Chavis, 1986, cité dans Dubé 2004, p. 22) --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

Pour cette partie "D’autres conditions réfèrent davantage à l’individu" je ne retrouve pas ça dans le texte Laferière et al. (2004) aux pages 56 et 57. --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

Pour cette partie "De plus, au regard des études menées par le CEFRIO (2004) (...)", je me demande quelle est la référence. Dubé (2004) ou Laferrière et al. (2004)? --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

Pour cette partie je vous propose cette façon de faire : "Comme Wenger (1998, CEFRIO, 2004, p. 60) l’a montré, « c’est le fait d’exercer la même pratique qui donne de la cohérence à une communauté de pratique ». Il faut donc que les apprenants ressentent la cohésion de la communauté autour d’un sujet commun."--Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

Pour cette partie, cela me semble être la référence de Laferrière et al. (2004), je vous propose donc cette façon de faire : Le répertoire partagé est « le langage spécialisé de la communauté et ses politiques, codes, procédures et autres outils qui permettent à ses membres de tirer des significations appropriées et riches des situations d'interaction qui sont les leurs ». (CEFRIO, 2004, p. 64). --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:30 (EDT)

Niveau d’expertise des apprenants

Nous devrions retrouver la référence de (Laferrière et al., 2004, p. 75) à la fin de cette partie : « S’engager dans une communauté de pratique virtuelle (CoPV), c’est interagir avec d’autres par la voie de l’écrit et accepter, de ce fait, de partager son expérience et ses idées avec d’autres participants. Il y a donc un certain degré de connivence (avec les autres membres participants) et de confiance (avec les outils) à maintenir tout au long du processus. » --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:31 (EDT)

Type de guidage

Type de regroupement des apprenants

Il pourrait être pertinent d'ajouter à cette section les deux points suivants:

Les CoP peuvent être classifiées en quatre groupes, selon leur intention première: • les communautés d’innovation; • les communautés d’aide et d’assistance; • les communautés de pratiques exemplaires; • les communautés dédiées à la gestion des connaissances. (Henri, n.d.)


La taille de la communauté se mesure par le nombre de membres qu'elle compte. Ce nombre est variable, il peut être de quelques-uns pour une petite communauté à plusieurs milliers dans le cas d’une grande communauté (Wenger, McDermott et Snyder, 2002 ; Wenger et Snyder, 2000, cités dans CEFRIO, 2005).


Références: Henri, F. (n.d.). La communauté de pratique selon Étienne Wenger. Récupéré le 13 mai 2016 du site de la TÉLUQ: http://benhur.teluq.uquebec.ca/SPIP/inf9013/IMG/pdf/M2_ComWenger.pdf

CEFRIO (2005). Travailler, apprendre et collaborer en réseau – Guide de mise en place et d’animation de communautés de pratique intentionnelles. Récupéré le 13 mai 2016 depuis : http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/travailler_apprendre_collaborer.pdf --Et268161 (discussion) 19 août 2016 à 12:14 (EDT)

Milieu d’intervention

Vous pourriez ajouter ce lien vers le site Internet lorsque vous nommez le Réseau REPTIC : http://www.reptic.qc.ca/le-reseau/ --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:32 (EDT)

Conseils pratiques

Selon le CEFRIO (2005), le succès d’une CoPV tiendrait, en grande partie, à la capacité et à la volonté des membres et de l’organisation de relever des défis. Il y aurait quatre défis auxquels une organisation doit faire face lors de la mise en oeuvre d'une CoPV:

  • Un défi organisationnel : communiquer aux employés la valeur que l’organisation accorde au partage;
  • Un défi communautaire : créer une valeur réelle pour les membres ;
  • Un défi technique : mettre en place un système qui facilite l’échange d’information et la réflexion commune ;
  • Un défi personnel : s’ouvrir aux idées nouvelles et maintenir sa détermination à développer la pratique de sa communauté.

Référence: CEFRIO (2005). Travailler, apprendre et collaborer en réseau – Guide de mise en place et d’animation de communautés de pratique intentionnelles. Récupéré le 13 mai 2016 depuis : http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/travailler_apprendre_collaborer.pdf

Références

J’ai retravaillé la section "Ressources informationnelles utilisées dans la fiche" selon les références que vous nommez dans celle-ci. Ce serait bien de valider cette section à nouveau afin d’être conforme aux références que vous avez utilisées dans votre fiche.

La référence de Wenger (1998) est à revoir comme le lien Internet ne fonctionne pas.


Bibliographie

Bourhis, A. et Tremblay, D. G. (2004). Les facteurs organisationnels de succès des communautés de pratique virtuelles - Projet Modes de travail et de collaboration à l'ère d'Internet. Récupéré du site du CEFRIO, section Publications, Gestion des connaissances : http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/Facteurs_organisationnels.pdf

Casteignau, G. et Gonon, I. (2006). Pratique du travail collaboratif en communautés virtuelles d'apprentissage. Hermès, La Revue, 2(45), p. 109-115. Récupéré du site Cairn.info : http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2006-2-page-109.htm

Dubé. L. (2004). Mieux comprendre le succès des communautés de pratique virtuelles par l’investigation des aspects technologiques - Projet Modes de travail et de collaboration à l’ère d’Internet. Récupéré du site du CEFRIO, section Publications, Transformation organisationnelle : http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/Mieux_comprendre.pdf

Laferrière, T., Campos, M. et Benoit, J. (2004). Apprendre au quotidien dans l’organisation québécoise : Le cas des communautés de pratique virtuelles. Récupéré du site du CEFRIO, section Publications, Transformation organisationnelle : http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/Apprendre_quotidien.pdf

Wenger, E. (1998). Communities of Practice : Learning as a Social System. Systems Thinker. Récupéré du site http://www.co-i-l.com/coil/knowledge-garden/cop/lss.shtml


Webographie

Réseau des répondantes et répondants TIC (Réseau REPTIC). (2016). Le Réseau. Récupéré le 17 juillet du site Réseau REPTIC : http://www.reptic.qc.ca/le-reseau --Ilepage 22 juillet 2016 à 12:41 (EDT)

Bonjour, j'ai ajouté quelques suggestions de références à cette partie. Ysabelle== Suggestions de ressources pour améliorer la fiche ==

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Outils
Assistance
Imprimer / exporter